NOUVELLES
06/11/2012 06:21 EST | Actualisé 06/01/2013 05:12 EST

Le ministre de la Sécurité publique croit que Ashley Smith n'est pas une victime

OTTAWA - Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a esquivé les questions concernant une adolescente troublée qui s'est suicidée en prison en accusant l'opposition de se préoccuper davantage des prisonniers que de leurs victimes.

La stratégie de M. Toews semble être en contradiction avec celle adoptée par le premier ministre Stephen Harper, qui a qualifié le suicide d'Ashley Smith de tragédie la semaine. M. Harper a ensuite ordonné aux Services correctionnels du Canada d'abandonner leurs efforts pour limiter la portée de l'enquête sur sa mort.

La réponse compatissante de M. Harper est survenue à la suite de la diffusion d'images inquiétantes captées à l'époque où l'adolescente était en prison. Ces vidéos montrent des gardes la menottant à l'aide de ruban à conduits. On les voit aussi lui administrer de puissants antipsychotiques contre son gré.

En réponse aux questions posées mardi par les néo-démocrates, M. Toews a déclaré qu'il était «très fier» que Stephen Harper eut ordonné aux responsables des services correctionnels de collaborer avec le coroner.

Mais il a ensuite critiqué le Nouveau Parti démocratique (NPD) pour n'avoir jamais parlé au nom des victimes.

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a indiqué qu'en raison de sa partisanerie, M. Toews n'a pas été en mesure de réaliser que Ashley Smith a été victime de l'incapacité du système correctionnel à faire face à la maladie mentale.