NOUVELLES
05/11/2012 12:03 EST | Actualisé 05/01/2013 05:12 EST

Sécurité renforcée autour du premier ministre en Inde

Le premier ministre canadien, Stephen Harper, effectue ses déplacements en Inde à bord de deux véhicules blindés, pour des raisons de sécurité. Il s'agit de sa limousine et d'un véhicule utilitaire sport.

La procédure, inhabituelle, a été déjà utilisée en Haïti et en Afghanistan, mais pas à Kinshasa, en République démocratique du Congo, où des questions de sécurité sont également présentes.

Le bureau du premier ministre renvoie toute question sur la sécurité du premier ministre à la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Cette dernière, qui assume la responsabilité de la sécurité de M. Harper, explique que ce sont les exigences opérationnelles qui dictent les besoins de leur mission. Le niveau de menace auquel les services de sécurités doivent faire face est l'un des facteurs qu'ils prennent en considération dans l'évaluation des besoins pour les divers déplacements en sol étranger.

La GRC refuse, pour des raisons de sécurité, de commenter les raisons qui ont mené à sa décision d'apporter les véhicules du premier ministre en Inde. Elle prévoit toutefois en divulguer les coûts, qui ont dû augmenter puisque le transport des véhicules a nécessité l'utilisation d'un deuxième avion. Les véhicules ne peuvent avoir été transportés à bord du Airbus dans lequel a pris place le premier ministre pour se rendre en Inde.

Le président américain utilise, pour sa part, toujours ses propres véhicules dans tous ses déplacements, dont la fameuse « beast ».

Une visite économique

De passage en Inde, M. Harper a joué au touriste lundi. Il est allé visiter l'un des sites les plus connus du monde, le Taj Mahal, en compagnie de son épouse Laureen.

Le couple se tenait la main en déambulant autour de l'imposante structure de marbre. M. Harper s'est extasié devant la beauté et la grandeur du tombeau construit au 17e siècle par un empereur en l'honneur de son épouse.

« Ma femme a des goûts un peu plus modestes et souhaite ses cadeaux pendant qu'elle est en vie », a plaisanté le premier ministre.

Le dirigeant canadien fait présentement une visite de six jours en Inde, qui est largement consacrée aux liens commerciaux entre les deux pays. Toutefois, les liens culturels sont aussi à l'ordre du jour.

Lundi après-midi, Stephen Harper doit participer à un congrès commercial dans la capitale indienne, New Delhi. Il doit aussi visiter la capitale technologique du pays, Bangalore, une ville qui symbolise l'esprit entrepreneurial.

La visite de Stephen Harper vise à renforcer les liens d'affaires qui unissent les deux pays. Présentement, les échanges commerciaux entre l'Inde et le Canada s'élèvent à 5,2 milliards $ par année, mais les deux pays aimeraient voir ce total monter à 15 milliards $ d'ici 2015.

L'économie indienne doit quant à elle gonfler d'environ 5,8 % en 2012-2013, ce qui est moins élevé que lors des dernières années, mais encore bien supérieur à plusieurs nations occidentales.