NOUVELLES
05/11/2012 05:42 EST | Actualisé 05/01/2013 05:12 EST

Les oecuméniques accusent des évêques catholiques d'appeler à voter Romney

L'Alliance oecuménique américaine a accusé lundi des évêques catholiques d'appeler leurs fidèles à voter en faveur du républicain Mitt Romney, même sans en prononcer le nom.

Dans une lettre ouverte, le président de l'Interfaith Alliance (IA) Welton Gaddy a demandé au cardinal Timothy Dolan, président de la conférence des évêques catholiques américains (USCCB), de veiller à ce que les lettres pastorales "n'appellent pas, ni même ne sous-entendent, pour quel candidat le fidèle doit voter".

Le responsable religieux, qui s'inquiète du fait "qu'une ligne a été franchie", cite plusieurs exemples d'appels aux fidèles catholiques démontrant selon lui "que l'interaction entre religion et politique a semblé menacer à la fois l'intégrité de la religion et la vitalité de la politique".

Il évoque l'évêque Daniel Jenky, de Peoria (Illinois, nord), faisant lire une lettre dans son diocèse qui, tout en ne disant pas clairement pour qui il faut voter, appelle à se rendre aux urnes "après avoir expliqué que c'est un pêché de soutenir la politique du président (Barack Obama) et de la majorité actuelle du Sénat (les démocrates, ndlr)".

Il parle également de l'évêque David Laurin, de Green Bay (Wisconsin, nord), qui a envoyé une lettre aux fidèles indiquant qu'un "+candidat et un parti+ professaient des positions contraires aux enseignements de l'Eglise" et que voter pour ce candidat "mettait l'âme en danger".

A contrario, Welton Gaddy cite le chancelier de l'archidiocèse de Cincinnati, Steve Angi, auteur d'une lettre rappelant que l'Eglise "ne s'immisce pas dans la vie politique".

Même si ces appels n'ont pas franchi la ligne de la légalité, "je crois que ce qui est éthique est aussi important que ce qui est légal", ajoute-t-il dans la lettre.

L'Alliance oecuménique affirme rassembler 185.000 membres et 75 traditions religieuses.

La hiérarchie catholique américaine a été un ardent adversaire de la réforme de santé du président Obama et de ses mesures concernant la contraception.

ff/lor