NOUVELLES
05/11/2012 12:37 EST | Actualisé 05/01/2013 05:12 EST

Les Grecs doivent plus que jamais s'armer de patience

La Grèce devra patienter au-delà du 12 novembre pour obtenir de l'aide financière supplémentaire de la part de la zone euro. C'est du moins ce qu'a déclaré un responsable européen, en marge d'une réunion du G20, à Mexico.

Une réunion importante des ministres de finances de la zone euro, prévue le 12 novembre, à Bruxelles, avait permis d'espérer qu'un accord soit conclu pour débloquer une nouvelle tranche d'aide à la Grèce. Toutefois, à la lumière des déclarations de ce haut fonctionnaire, il est peu probable que cette rencontre aboutisse sur un accord.

La Grèce est en négociations avec ses créanciers internationaux, c'est-à-dire le Fonds monétaire international, l'Union européenne et la Banque centrale européenne. Athènes cherche à obtenir, d'une part, une nouvelle tranche de l'aide financière internationale d'ici fin novembre et, d'autre part, un délai de deux ans pour mettre en oeuvre ses réformes structurelles et budgétaires.

La semaine dernière, le gouvernement grec a présenté un projet de budget pour 2013, prévoyant que la récession sera plus marquée que ce qui était prévu, il y a un mois à peine, en Grèce.

Rappelons que plus tôt, en octobre, la Grèce avait obtenu un délai supplémentaire pour atteindre les objectifs de réduction de sa dette, tels que fixés par le plan de sauvetage international.

La Grèce et ses créanciers internationaux s'étaient mis d'accord sur l'essentiel des mesures d'austérité et des réformes à mettre en oeuvre par Athènes pour obtenir de nouveaux fonds et éviter la faillite. Après plusieurs mois de négociations, les parties étaient parvenues à régler leurs différends sur l'ampleur de la récession à atteindre en Grèce, de même que sur les questions liées à la baisse des dépenses publiques, dans le secteur de la santé.