NOUVELLES
05/11/2012 03:23 EST | Actualisé 05/01/2013 05:12 EST

Le pétrole monte à New York dans un marché prudent avant la présidentielle

Les prix du pétrole ont clôturé en hausse lundi à New York, les courtiers profitant d'achats à bon compte dans un marché prudent, à la veille d'une élection présidentielle qui s'annonçait serrée aux Etats-Unis.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en décembre a avancé de 79 cents à 85,65 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours du brut ont ainsi réussi à prendre un peu d'avance à l'issue d'une séance marquée par des hésitations et une grande prudence des courtiers à la veille du scrutin, des prix en nette baisse, oscillant autour de 84/85 dollars, attirant des opérateurs désireux d'effectuer quelques achats à bon compte.

Mais des situations politiques incertaines, aux Etats-Unis comme en Chine, les deux premiers consommateurs de brut au monde, rendaient les investisseurs très frileux, a observé Rich Ilczyszyn, de iiTrader.com.

En effet, les courtiers marchaient sur des oeufs alors que le président sortant démocrate, Barack Obama, et son opposant républicain, Mitt Romney, restaient au coude-à-coude dans les sondages.

"Les marchés détestent l'incertitude, et un point final (...) à des mois de campagne politique sera certainement accueilli avec soulagement", a noté Matt Smith, de Schneider Electric.

Les opérateurs guettaient aussi la situation politique en Chine avant "le 18e Congrès du Parti communiste chinois" qui ouvrira jeudi, ont souligné les analystes de Commerzbank.

Si de nombreux investisseurs américains tendaient à préférer une victoire du champion républicain, réputé plus proche du monde des affaires, et plus à même de se pencher sur la question de l'équilibre budgétaire très chère à Wall Street, "une victoire de M. Obama serait haussière pour les matières premières", a noté Phil Flynn, de Price Futures Group.

En effet, sous son mandat, la Réserve fédérale américaine (Fed) a observé une politique monétaire "ultra accommodante", favorisant les actifs jugés risqués comme les matières premières.

En outre, la mise en place d'une politique "réticente à l'égard de forages intensifs et de la construction d'oléoducs", combinée avec "l'accent mis sur les énergies alternatives", tout cela favorisait une offre moins abondante, selon M. Flynn, et dopait en conséquence les prix du brut.

Toutefois, "la déception des opérateurs après une victoire de Mitt Romney pourrait n'être que momentanée", ont nuancé les experts de Commerzbank.

En effet, les derniers indicateurs en provenance de la première économie mondiale ont fait état d'une embellie, de nature à rassurer les investisseurs, dont l'optimisme a été conforté vendredi par la nette accélération des embauches aux Etats-Unis en octobre.

ppa/sl/lor