NOUVELLES
05/11/2012 06:42 EST | Actualisé 05/01/2013 05:12 EST

Joe Di Maulo, membre influent de la mafia, a été assassiné à Blainville

MONTRÉAL - L'assassinat dimanche soir de Joseph «Joe» Di Maulo, un membre influent de la mafia italienne montréalaise, pourrait marquer le début d'un nouveau chapitre de la guerre qui frappe le milieu criminel de Montréal.

Di Maulo est le premier mafioso à être abattu depuis que Vito Rizzuto, qui serait le mafieux sicilien le plus puissant au Canada, a été libéré au terme d'une longue peine de prison au début octobre.

Le corps de l'homme de 70 ans a été retrouvé sans vie vers 21 h dans le stationnement de sa résidence de la rue du Blainvillier à Blainville, au nord de Montréal. C'est un proche qui aurait alerté les autorités.

Relativement discret, cet homme d'affaires a été propriétaire de plusieurs établissements dans la région montréalaise, et a également été présent dans le monde du spectacle. Il était le beau-frère de Raynald Desjardins, une autre figure importante du crime organisé à Montréal. M. Desjardins a été arrêté et accusé il y a 11 mois pour le meurtre prémédité de Salvatore Montagna, une autre figure liée à la mafia italienne.

M. Desjardins est en attente de son procès. Il a récemment tenté, sans succès, d'éviter d'avoir à témoigner devant la commission Charbonneau.

La SQ procédait, lundi, à une analyse de la scène de crime avec un maître de chien, et un hélicoptère a été dépêché sur place pour prendre des photos aériennes. Les voisins doivent aussi être rencontrés par les policiers, qui recherchent activement des témoins.

Selon certaines sources, Joe Di Maulo aurait reçu au moins deux projectiles d'arme à feu à la tête, une information que la police a refusé de confirmer.

«Nous n'en sommes qu'au début de l'enquête, a dit le sergent Benoît Richard, de la Sûreté du Québec. Nous examinons toujours la scène du crime — autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la maison — et nous avons fouillé les lieux avec des chiens.»

Les policiers ont notamment fouillé un boisé près de la résidence de la victime mais aucune arme n'a été retrouvée sur les lieux, a ajouté M. Richard.

Les policiers admettent que Di Maulo était associé au monde interlope, mais M. Richard estime qu'il est trop tôt pour savoir qui est à l'origine du meurtre.

«Il faut faire table rase pour avoir un esprit ouvert et tout examiner, a-t-il expliqué. Nous avons des informations concernant les liens de M. Di Maulo avec le crime organisé, mais on ne peut dire quel groupe est derrière ceci.»

Joseph Di Maulo était considéré à une certaine époque comme le numéro deux de la mafia italienne dans la région montréalaise, après Vito Rizzuto. Son assassinat n'est que le plus récent à frapper des membres bien en vue du clan Rizzuto­.