NOUVELLES
04/11/2012 03:19 EST | Actualisé 03/01/2013 05:12 EST

Vision Montréal quitte la commission des finances

Le parti de Louise Harel se retire de la commission des finances de la Ville de Montréal pour dénoncer le budget Tremblay-Applebaum ainsi que le futur « budget panique ».

Vision Montréal prévoit aussi déposer une motion pour mandater les services juridiques, le service des finances et le Service de police de la Ville de Montréal, afin de travailler « dès maintenant à un plan conjoint » pour récupérer les sommes déboursées en trop lors de l'attribution des contrats.

En quittant la commission des finances, le parti emboîte le pas au maire de Westmount, Peter Trent, et au maire de Montréal-Est, Robert Coutu, qui ont déjà claqué la porte de cette commission en signe de protestation.

La chef de l'opposition officielle à Montréal, Louise Harel, a déclaré dimanche matin que son parti abandonnera ses deux sièges à la commission dès lundi pour protester contre le premier budget déposé par Union Montréal, qui comprenait une hausse de taxe de 3,3 %.

Mme Harel considère que ce budget est « indécent » à la lumière des révélations de la commission Charbonneau.

Annoncé alors que des révélations troublantes étaient entendues à la commission Charbonneau concernant la corruption à la Ville de Montréal, la hausse de taxe a soulevé un tollé de protestation chez les citoyens. Le maire et le président du comité exécutif, Michael Applebaum ont alors décidé de reculer sur ce budget et ont annoncé qu'ils verraient à réduire les taxes.

Ce budget, rendu donc caduque depuis que l'administration Tremblay a annoncé qu'elle le réviserait, sera maintenant remplacé par un « budget panique », considère Mme Harel, ce qu'elle déplore également.

La chef de Vision Montréal dit ne rien savoir de ce que comprendra le nouveau budget et considère qu'il est préférable pour son parti de se retirer de la commission plutôt que de participer à cette « mascarade ».

Elle réclame par ailleurs que le nouveau budget comprenne des mesures pour récupérer l'argent associé au gonflement des coûts « dû à la collusion et à la corruption » à la Ville.

Un geste symbolique

Pour avoir le quorum à la commission sur les finances et l'administration, six conseillers municipaux doivent siéger. Sans les deux sièges de Vision Montréal, ceux de MM. Trent et Coutu, et sans le siège de Bertrand A. Ward - qui a aussi quitté la commission pour d'autres raisons - il reste en tout six conseillers, donc le quorum est maintenu. Le geste de Vision Montréal ne serait donc que symbolique.

Cependant, selon Louise Harel, plusieurs des conseilleurs municipaux d'Union Montréal, le parti du maire Tremblay, ont brillé par leur absence jusqu'ici à la commission, et celle-ci pourrait donc être bloquée si les absences persistent.