NOUVELLES
04/11/2012 11:23 EST | Actualisé 04/01/2013 05:12 EST

Syrie: Lavrov attendu au Caire au début d'une tournée régionale

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov était attendu, selon les médias officiels, dimanche au Caire alors qu'il entame une tournée régionale centrée sur le conflit en Syrie dont le régime de Bachar al-Assad bénéficie du soutien de Moscou.

A son arrivée, le ministre russe devait se réunir avec le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil El-Arabi et l'émissaire international pour la Syrie Lakhdar Brahimi, selon l'agence Mena.

D'autres organes de presse égyptiens ont indiqué qu'il devait également rencontrer lundi le président Mohamed Morsi et le ministre des Affaires étrangères Mohammed Kamel Amr.

Selon les mêmes sources, les entretiens doivent également porter sur la situation en Libye, un an après qu'une révolte armée a mis fin au règne de Mouammar Kadhafi.

M. Lavrov doit ensuite se rendre à Amman pour des discussions avec le roi Abdallah II et son homologue Nasser Jawdeh, selon ce dernier.

"Le ministre russe des Affaires étrangères sera demain et après-demain en visite en Jordanie", pour des discussions sur la crise syrienne, a déclaré dimanche aux journalistes à Koweït M. Jawdeh.

"Les discussions et le dialogue avec la Russie doivent continuer. Cela fait partie des efforts internationaux déployés pour faire cesser les violences et les tueries en Syrie", a ajouté M. Jawdeh, après un entretien avec son homologue koweïtien, cheikh Sabah Khaled Al-Sabah.

Il a appelé la communauté internationale à augmenter son aide aux réfugiés syriens à l'approche de l'hiver, indiquant que plus de 210.000 de ces réfugiés se trouvaient en Jordanie.

Pour sa part, cheikh Sabah a indiqué que les ministres des Affaires étrangères des six monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG) devaient rencontrer à la mi-novembre M. Lavrov pour un entretien sur la crise syrienne, mais sans préciser le lieu de la rencontre.

Alors que la Jordanie et les monarchies du Golfe, emmenées par l'Arabie saoudite et le Qatar, soutiennent l'opposition et la rébellion en Syrie, la Russie est un allié indéfectible du régime de Damas. Moscou a bloqué trois fois avec la Chine les résolutions occidentales à l'ONU visant à faire pression par la menace de sanctions sur le régime du président Bachar al-Assad.

burs/dv/feb/sw