NOUVELLES
04/11/2012 06:55 EST | Actualisé 04/01/2013 05:12 EST

Riad Seif nie vouloir présider un gouvernement syrien en exil

L'opposant syrien respecté Riad Seif a nié dimanche vouloir présider un gouvernement syrien en exil, comme l'ont rapporté des médias, et indiqué qu'il oeuvrait à la constitution d'une nouvelle direction politique pour l'opposition.

"Je ne serai en aucun cas candidat pour diriger un gouvernement syrien en exil", a déclaré aux journalistes M. Seif peu avant l'ouverture d'une réunion du Conseil national syrien (CNS, coalition de l'opposition) à Doha.

"J'ai 66 ans et je souffre de nombreux problèmes de santé", a ajouté cet ancien député qui a passé de nombreuses années en prison et qui souffre d'un cancer.

Des informations de presse avaient indiqué que M. Seif oeuvrait pour la constitution d'un gouvernement en exil, qui doit être évoquée jeudi à Doha lors d'une réunion élargie de l'opposition syrienne.

Le CNS a entamé dimanche à Doha une réunion cruciale de quatre jours pour élargir sa représentativité. Dans le même temps, la Ligue arabe et le Qatar, pays hôte, ont invité les participants ainsi que d'autres groupes et personnalités de l'opposition syrienne à cet rendez-vous supplémentaire jeudi.

M. Seif a indiqué qu'il se contenterait "d'aider à constituer une direction politique qui satisferait le peuple syrien et le monde" et souligné que son initiative ne constituait "pas un substitut au CNS, qui doit en être une importante composante".

Lors de la réunion de jeudi, "nous constituerons une direction politique qui formera au plus vite un gouvernement de technocrates", a assuré M. Seif.

Cette réunion élargie intervient alors que le CNS, longtemps considéré comme un "interlocuteur légitime" de la communauté internationale, semble être tombé en disgrâce aux yeux de Washington. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton l'a publiquement désavoué mercredi en plaidant pour une nouvelle opposition "plus large", incluant des "Syriens de l'intérieur".

Le CNS a violemment réagi en accusant les Etats-Unis de vouloir le remodeler pour l'amener à négocier avec le régime.

fb/at/fc