NOUVELLES
03/11/2012 06:11 EDT | Actualisé 03/01/2013 05:12 EST

Syrie: une vidéo montre des soldats coupant les oreilles de rebelles

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a diffusé samedi des vidéos de combattants pro-régime exécutant des prisonniers rebelles à l'arme automatique et découpant les oreilles de cadavres.

Cette diffusion intervient deux jours après celle d'une vidéo montrant des exactions commises par des insurgés.

Une première vidéo qui, selon le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, a été tournée en juillet dans la région de Lattaquié (nord-ouest), montre un homme en treillis militaire brandissant une oreille et un couteau en riant face à la caméra.

"Voilà l'oreille d'un chien, on va leur donner une leçon", dit l'homme, faisant allusion aux rebelles.

Un peu plus loin, sept hommes aux corps très mutilés, apparemment morts, sont étendus sur le sol. Au milieu d'un groupe d'hommes habillés en tenue militaire, un homme en treillis s'approche d'un des cadavres et lui découpe l'oreille avec un couteau devant la caméra.

"Fais pas ça, nous sommes (avec) le régime", dit un des hommes du groupe, tandis qu'un autre lance: "Donne son oreille aux chiens!".

Une autre vidéo, datant de février et tournée à Deraa (sud), montre des individus, certains en civil et d'autres en treillis, achever à l'arme automatique des hommes qu'ils présentent comme des rebelles.

"Voilà les hommes armés, les chiens, les impurs!" lance l'homme. Un autre reprend: "On va les filmer avec leurs armes et on va voir ce qu'Al-Jazeera et Al-Arabiya peuvent faire pour eux", s'en prenant aux chaînes satellitaires arabe basées dans le Golfe qui soutiennent la rébellion.

"Ces vidéos m'ont été fournies par des militants à la suite de la diffusion avant-hier d'une vidéo montrant les exactions commises par les rebelles. Depuis le premier jour de la révolution, le régime commet des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité mais ces crimes ne justifient en rien les crimes de l'autre partie", a dit à l'AFP M. Abdel Rahmane.

"Si on veut une nouvelle Syrie démocratique et respectant les droits de l'Homme, on ne peut se taire sur aucun crime quel qu'en soit l'auteur", a-t-il ajouté.

Jeudi, l'OSDH avait mis en ligne une vidéo diffusée par des militants montrant des rebelles frappant une dizaine de soldats blessés, avant de les aligner sur le sol et de les tuer à l'arme automatique tout en les traitant de "chiens de chabbihas d'Assad", nom donné aux miliciens pro-régime.

sbh/sk/vl