NOUVELLES
03/11/2012 03:05 EDT | Actualisé 03/01/2013 05:12 EST

Sandy: le courant revient à Manhattan, mais l'essence devient une obsession

Le courant était revenu samedi dans une grande partie de Manhattan à New York mais trouver de l'essence restait une obsession, celle-ci ayant même été rationnée dans le New Jersey voisin, ajoutant au désespoir des sinistrés de l'ouragan Sandy.

"Le pire est derrière nous", a insisté samedi le gouverneur de New York Andrew Cuomo, cinq jours après le passage de la méga-tempête. Près de 80% du trafic du métro new-yorkais a redémarré et 32 millions de litres d'essence ont été livrés depuis la réouverture du port vendredi, a-t-il précisé.

Cinq points de distribution gratuite d'essence vont ouvrir dès samedi dans la ville pour alléger la pression, alors que de nombreuses stations-services restent fermées, a-t-il ajouté.

"Je suis allé chercher mon essence dans le Connecticut à 02h30 du matin", raconte à l'AFP un chauffeur de taxi bulgare, Shivko Stoev. "Je n'ai pas le choix. Là-bas, les files sont plus courtes, environ 45 minutes".

Si presque tout Manhattan a retrouvé du courant, 900.000 personnes en sont toujours privées à New York, a cependant regretté Andrew Cuomo, et les distributions d'eau et de nourriture continuent.

Dans les zones sinistrées, dans les secteurs côtiers de Staten Island, du Queens, de Brooklyn, ainsi qu'à Long Island et dans le New Jersey voisin, le désespoir de certains habitants privés de presque tout va croissant.

Le maire de New York Michael Bloomberg a été vivement apostrophé samedi, en se rendant à Rockaway Beach, à l'extrême sud de Brooklyn, par des habitants disant "ne rien avoir".

Dans le New Jersey, durement frappé par Sandy qui y a fait 22 morts (pour un bilan total de 109 morts aux Etats-Unis), certains automobilistes racontent avoir attendu 8 heures pour s'approvisionner en essence, vitale pour leur voiture et leurs générateurs.

La pénurie est telle, avec 80% des stations fermées selon la presse locale, que le gouverneur de l'Etat Chris Christie a imposé un rationnement basé sur les plaques d'immatriculation. Les numéros impairs pourront s'approvisionner les jours impairs, les numéros pairs attendront les jours pairs.

Après avoir brièvement dansé dans les rues pour fêter le retour de l'électricité vendredi soir et samedi matin dans le sud de Manhattan, ses habitants ont retroussé leurs manches et une armée de balais ont envahi les trottoirs, pour nettoyer et jeter ce qui devait l'être.

Le principal distributeur local d'électricité, Con Edison, espère rétablir l'électricité pour toutes les écoles lundi, et pour les bureaux de vote mardi, jour de l'élection présidentielle.

Car en plus de tous les autres soucis, il faut organiser le scrutin.

Dans le New Jersey, des camions militaires vont être transformés en bureaux de vote improvisés.

Alors que Sandy a conduit la mairie à annuler à la dernière minute le célèbre marathon de New York prévu dimanche, certains des 47.000 coureurs ne cachaient pas leur déception samedi à Central Park, rouvert pour la première fois. Mais beaucoup comprenaient.

"Il n'y avait tout simplement pas de bonne solution", déclare Anshal Purohit, une New-Yorkaise. "Je me suis entraînée pendant un an, je n'ai pas eu d'eau ni d'électricité pendant une semaine, j'ai essayé de rester motivée (...), j'en avais besoin", dit-elle. "Cela aurait pu être un événement positif mais je comprends que d'autres le ressentent différemment".

"C'était un cadeau que je m'étais fait pour mes 60 ans. Cela m'a coûté 3.000 euros. Je ne crois pas que je pourrai le refaire, mais je comprends. Mes soucis de coureur, ce n'est rien par rapport à la misère" des victimes de Sandy, confie aussi Jean-Michel Laurent, venu d'Issy-les-Moulineaux.

Le froid commence en plus à s'installer dans la région, avec des températures désormais proches de zéro la nuit.

Et les météorologistes annoncent de nouvelles perturbations mercredi et jeudi sur l'est des Etats-Unis, avec des vents de 80 km/h ainsi qu'une montée des eaux sur les côtes.

bd/sam