NOUVELLES
03/11/2012 05:35 EDT | Actualisé 03/01/2013 05:12 EST

Le réseau Cap sur l'indépendance croit que le Québec est en crise latente

MONTRÉAL - Même si la question de l'identité nationale ne figure pas en tête des sujets brûlants d'actualité, le réseau Cap sur l'indépendance juge que le Québec est dans un état de crise latente.

Des militants de la cause souverainiste se sont réunis en colloque à Montréal, samedi, dans le cadre du Sommet de la relève indépendantiste. Selon eux, les enjeux constitutionnels sont en sommeil, mais peuvent s'éveiller à tout moment, la raison pour laquelle la mobilisation demeure essentielle.

Le réseau martèle que l’indépendance du Québec n’appartient à aucun parti et qu'il faut plutôt la voir comme le projet d’un peuple maître de son destin.

Selon Maxime Laporte, porte-parole du réseau, le Parti québécois a eu longtemps le monopole de la question nationale, cette époque est depuis révolue. Le mouvement se réclame de sa propre identité et place la cause devant la bannière politique.

En conséquence, le mouvement a choisi d'être apolitique et de se distancier des étiquettes politiques, afin de refléter les multiples horizons politiques qui veulent faire du Québec un pays.

Pour l'heure toutefois, les échanges populaires ne touchent pas à la souveraineté ou à la l'identité. Maxime Laporte le reconnaît. Il avoue que les thèmes de la collusion et de corruption sont davantage récurrents, mais il maintient que la question nationale évolue en parallèle.

«La corruption, il reste que, sans vouloir faire un procès ou des associations douteuse, c'est beaucoup dans les cercles fédéralistes et libéraux qu'elle est concentrée», a mentionné M. Laporte.

Le porte-parole du Réseau a aussi avancé que depuis l'arrivée en poste du gouvernement conservateur de Stephen Harper, dont plusieurs décisions ont été impopulaires au Québec, dont la centralisation des pouvoirs et les coupes dans les transferts fédéraux, une rupture est en train de s'opérer.

«À la lumière des agissements du gouvernement canadien, il n'est pas impossible que ça éclate. Les ingrédients sont quand même là», a-t-il soutenu, soulignant que plusieurs Québécois ne s'identifient plus comme Canadiens.

M. Laporte a ajouté que les quelque 150 participants du forum proviennent tant du Bloc québécois et que du Parti québécois, tant de Québec solidaire que de toutes les autres organisations militant pour l'indépendance.