NOUVELLES
03/11/2012 03:48 EDT | Actualisé 03/01/2013 05:12 EST

Le courant revient peu à peu à New York et au New Jersey

NEW YORK, États-Unis - La situation revient progressivement à la normale. Beaucoup de New-yorkais se sont réveillés avec du courant samedi matin, pour la première fois depuis le passage de la super-tempête Sandy. Toutefois, la patience des habitants de New York est mise à dure épreuve, puisque certains ont été privés d'électricité, et donc de lumière et de chauffage depuis près d'une semaine.

Le courant électrique a été rétabli dans près de 60 pour cent de la zone métropolitaine de New York. Environ 900 000 foyers restent privés d'électricité, dont 550 000 dans le quartier de Long Island, a précisé le gouverneur de l'état de New York.

Concernant les métros, environs 80 pour cent du service est rétabli, a-t-il ajouté.

Aux difficultés des citoyens, s'ajoute le manque de carburant, notamment dans l'état du New Jersey, où des mesures de rationnement ont été mises en place dans le nord et dans certaines parties du Connecticut.

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo a annoncé samedi que le ministère américain de la Défense allait mettre en place des stations-services d'urgence ambulantes dans la zone métropolitaine de New York, particulièrement touchée par la tempête Sandy.

Du carburant gratuit sera distribué dans la limite de 40 litres par personne. Les voitures et véhicules des équipes de secours pourront faire le plein, directement grâce à des camions ambulants transportant 20 000 litres de carburant.

"Le carburant est en cours d'acheminement, a déclaré le gouverneur. Pas de panique. Je sais qu'il y a beaucoup d'inquiétude à propos du manque de carburant".

A une station-service du New Jersey, Kathryn Davidson explique qu'elle n'était pas au courant des mesures de rationnement du carburant. Elle n'a pas pu être ravitaillée avant la date limite fixée à midi. Sa plaque d'immatriculation paire l'a contrainte à devoir patienter une journée, avant de pouvoir s'approvisionner.

"Comment les gens sont-ils censés être informés?", interroge Kathryn Davidson, 53 ans. Selon elle, la situation lui rappelle les années 1970, lorsqu'un plan similaire avait été mis en place.

A Washington, le Président Barack Obama s'est rendu à l'Agence fédérale de gestion des situations d'urgence (FEMA), pour faire le point sur les opérations de réparation des dégâts.

"Manifestement, nous avons vu qu'après les opérations de secours, le processus de réparation des dégâts est difficile et pénible, a-t-il déclaré. Je sais que les choses vont continuer à s'améliorer du moment que les autorités locales et fédérales restent mobilisées", a-t-il précisé.

Les écoliers new-yorkais se préparent à retrouver le chemin de l'école à partir de lundi, une semaine après le passage de la super-tempête Sandy, qui a balayé la ville et ses alentours.

Pourtant, il reste d'importants dégâts d'ici la réouverture du plus important district scolaire du pays, avec 1,1 millions d'élèves.

Certaines écoles ont été utilisées comme refuges. De plus, avec le manque de carburant et les transports en commun encore en partie paralysés, beaucoup d'enseignants et d'écoliers risquaient de rencontrer des difficultés pour se rendre dans leurs établissements.

Les responsables scolaires ont pourtant assuré que la plupart des 1700 écoles publiques de la ville rouvriraient lundi. Les 57 écoles toujours inondées ou lourdement endommagées resteront elles

Le centre médical affilié à l'université de New York, le Langone Medical Center, l'un des deux hôpitaux new yorkais qui avaient dû évacuer ses patients lors du passage de la tempête, a annoncé qu'il rouvrirait ses portes lundi. Sept générateurs de secours de l'hôpital étaient tombés en panne dans la nuit de lundi, entraînant l'évacuation de 300 patients.

L'autre hôpital, le Bellevue Hospital Center avait dû évacuer 700 patients, après une panne de courant. Selon un employé de l'hôpital, ce dernier restera indisponible au moins deux semaines supplémentaires.