NOUVELLES
03/11/2012 03:59 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

Koweït: l'armée pourrait intervenir contre une manifestation de l'opposition

Les autorités koweïtiennes pourraient faire appel à l'armée pour empêcher une manifestation de l'opposition prévue dimanche dans l'émirat du Golfe où les forces de sécurité ont été placées en état d'alerte, a rapporté samedi un journal local.

"Le ministère de l'Intérieur va utiliser tous les moyens nécessaires pour prévenir les manifestations illégales", a rapporté le quotidien Al-Anbaa, citant un responsable des services de sécurité.

"L'armée et la garde nationale peuvent être appelées à la rescousse en cas de besoin pour faire face à toute atteinte à l'ordre public", a déclaré ce responsable, sous couvert d'anonymat.

L'opposition a appelé à une manifestation dimanche à Koweït pour protester contre un amendement contesté de la loi électorale, approuvé le 19 octobre par l'émir et qui pourrait, selon elle, favoriser une manipulation des résultats des élections anticipées, convoquées pour le 1er décembre.

Les organisateurs ont affirmé que le rassemblement serait pacifique, mais le ministère de l'Intérieur a répété ces derniers jours qu'il empêcherait, même par la force, toute nouvelle manifestation non autorisée.

Le 21 octobre, une centaine de protestataires et 11 policiers avaient été blessés dans des heurts à l'occasion de la plus importante manifestation dans l'histoire du pays.

Mercredi, la police avait fait usage de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogène pour disperser des milliers de personnes qui manifestaient pour réclamer la libération d'un chef de l'opposition, Mussallam al-Barrak, arrêté lundi. Ce dernier a été libéré sous caution jeudi.

Le ministère de l'Intérieur a placé toutes ses forces samedi en état d'alerte élevé.

Des figures de l'opposition ont appelé vendredi soir le gouvernement à retirer l'amendement contesté pour désamorcer la crise et réaffirmé leur loyauté à l'émir et à la famille régnante des Al-Sabah.

Membre de l'Opep (Organisation des pays producteurs de pétrole), le Koweït, première monarchie du Golfe à s'être dotée d'un Parlement élu en 1962, connaît des crises politiques à répétition depuis 2006. La dynastie des Al-Sabah règne sur cet émirat pétrolier depuis plus de 250 ans.

oh/tm/vl