NOUVELLES
02/11/2012 02:54 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

Russie : Medvedev veut la libération des Pussy Riot

Le premier ministre russe a affirmé vendredi que les femmes du groupe Pussy Riot purgeant des peines de deux ans d'emprisonnement devraient être libérées.

Cette déclaration survient alors que l'époux de l'une des condamnées, Nadejda Tolokonnikova, a tenté visiter celle-ci en Mordovie, région du centre du pays connue pour ses sinistres goulags staliniens.

Trois membres du groupe ont été condamnées pour hooliganisme en août après avoir présenté une « prière punk » dans la principale cathédrale de Moscou. Elles demandaient à la Vierge Marie de les délivrer du président Vladimir Poutine.

L'une d'entre elles, Iekaterina Samoutsevitch, a été libérée sur appel le mois dernier, mais les deux autres, Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, ont été envoyées dans des camps de prisonniers éloignés de Moscou pour purger leurs peines.

Le premier ministre Dimitri Medvedev a dit vendredi avoir détesté le numéro des Pussy Riot, mais a laissé entendre que les femmes avaient été emprisonnées pendant suffisamment longtemps, et qu'elles devraient être libérées.

Il avait déjà effectué une déclaration semblable avant la procédure d'appel survenue en octobre, alimentant les interrogations à propos de la libération éventuelle des artistes.

La plus récente déclaration de M. Medvedev risque peu, cependant, d'avoir un effet concret, puisqu'il est considéré comme un libéral et une figure gouvernementale dont les engagements et les ordres sont souvent peu suivis.

Vendredi, toujours, le mari de Mme Tolokonnikova, Piotr Verzilov, a été renvoyé chez lui par les autorités lorsqu'il a tenté de la visiter dans le camp de prisonniers du village de Partsa, en Mordovie.

Mme Tolokonnikova et une équipe d'avocats envisagent d'aller en appel devant un tribunal régional, pour réclamer que la peine soit reportée jusqu'à ce que sa fille de 4 ans, Gera, soit âgée de 14 ans, a dit M. Verzilov.

Associated Press