NOUVELLES
02/11/2012 10:51 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

Les Syriens manifestent pour une "justice internationale" (militants)

Des milliers de personnes hostiles au président Bachar al-Assad ont manifesté vendredi à travers la Syrie, demandant à la communauté internationale d'agir pour arrêter la répression sanglante du régime.

Comme tous les vendredis, les militants ont appelé à manifester, cette fois-ci pour interpeller la "justice internationale" afin qu'elle se saisisse du sort de la ville de Daraya, près de Damas, meurtrie par de nombreux massacres.

A Damas, malgré les violences, des manifestations appelant au départ du président Assad, se sont déroulées dans les quartiers de Roukneddine, Assali, Qaboune, ainsi que dans la localité de Babbila, selon l'Obervatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation sur le terrain, ont de leur côté fait état de bombardements aériens visant les fidèles à la sortie des mosquées à Zamalka, près de Damas.

Des manifestations "massives" ont eu lieu à Alep (nord), deuxième ville de Syrie, dans plusieurs quartiers rebelles et dans des villages alentours, selon la même source.

Plus au sud, à Idleb (nord-ouest), où les combattants rebelles ont pris un carrefour stratégique, des rassemblements ont également eu lieu à Sarmine, Bineche, Hass, Kanafra et Kfar Nabal. Les manifestants appelaient à soutenir les "villes sinistrées".

De même, des manifestations ont eu lieu dans les provinces de Hassaké (nord-est) où réside la minorité kurde, Hama (centre) et Deraa (sud), selon l'OSDH qui s'appuie sur un large réseau de militants sur place.

A travers la Syrie, 65 personnes, dont 18 civils, 17 rebelles et 30 soldats, ont péri, selon un bilan provisoire de l'OSDH, alors que les violences ne connaissent pas de répit depuis le début en mars 2011 d'une révolte populaire contre le régime Assad qui s'est militarisée face à la répression.

rm/sbh/vl