NOUVELLES
02/11/2012 12:36 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

David contre Goliath, 3e acte

Clint Uttley ne passe pas par quatre chemins. L'entraîneur-chef des Redmen de l'Université McGill qualifie le match du week-end contre le Rouge et Or d'affrontement de David et Goliath.

Un texte de Antoine Deshaies

« Personne ne croit en nos chances, mais si on limite les erreurs et qu'on excelle sur les unités spéciales, je crois qu'on peut rester dans le match, explique Uttley. Et plus le match sera serré longtemps, plus la pression sera forte sur le Rouge et Or et la foule montrera son impatience. »

Certains pourraient qualifier ces propos d'illusoires en se remémorant le dernier duel Redmen-Rouge et Or. Le 21 septembre, le Rouge et Or avait lessivé les Redmen 69 à 0. Pour rester dans le thème ménager, on ne parle pas d'un cycle délicat.

Mais l'histoire récente montre aussi que les Redmen font meilleure figure sur l'inhospitalier terrain de stade Telus qu'au flanc du Mont-Royal. À leurs deux dernières visites à Québec, les Redmen ont perdu 12-4 et 33-15.

« On se souvient très bien de ces deux matchs, confie Arnaud Gascon-Nadon, ailier défensif du Rouge et Or. Les vétérans ont fait un bon travail cette semaine en rappelant aux plus jeunes que peu importe l'adversaire, on est vulnérable. Novembre, c'est le mois des champions, il faut toujours travailler aussi fort. »

Les joueurs du Rouge et Or ont d'ailleurs eu un petit rappel à l'ordre la semaine dernière. Contre des Stingers de Concordia déjà éliminés, les hommes de Glen Constantin ont signé un gain de 32-19, un résultat bien en-deçà des standards de l'équipe.

« Les vrais champions se préparent bien peu importe l'opposition, explique Constantin. Les joueurs ont été très réceptifs cette semaine, on veut partir sur de bonnes bases contre McGill. »

« Ce qu'on a fait contre Concordia n'est vraiment pas suffisant, ajoute le quart Tristan Grenon. D'un côté, je suis heureux d'avoir eu un match difficile, ça va réveiller un peu tout le monde. »

À l'image de son équipe, Grenon a fait preuve d'une certaine imprécision samedi dernier. Il a complété seulement 11 des 23 passes qu'il a tentées. S'il reconnaît que le match a été difficile, il ne baisse pas les bras.

« Je sais que certains doutent de moi, mais le plus important, c'est que je sais que mes entraîneurs et mes coéquipiers ont confiance en moi. »

Rien à perdre

On dit souvent d'une équipe négligée qu'elle n'a rien à perdre. Pour les Redmen, c'est encore plus vrai.

À leur sortie du terrain la semaine dernière à Sherbrooke, les joueurs étaient convaincus que leur saison était terminée. Une défaite par forfait infligée aux Gaiters de Bishop's a toutefois changé la donne. Il s'agit d'une première participation aux matchs éliminatoires depuis 2006. La dernière fois, c'était d'ailleurs à Québec et le Rouge et Or avait gagné 52 à 0.

« Ce n'est pas comme ça qu'on voulait se qualifier pour les matchs éliminatoires, mais ça ne change rien au fait qu'on est tous très heureux, explique le quart Ryne Bondy. Ce sera une première pour tous les joueurs, c'est une belle récompense pour les joueurs de cinquième année. »

Motivés, les Redmen, après une saison mouvementée au plan administratif? Sans aucun doute.

« Personne ne veut qu'on gagne parce qu'on est McGill, explique le vétéran Jeff Gorin. Pourquoi pas nous? Pourquoi pas maintenant? Je sais qu'on peut les battre. J'y crois. »

Pour espérer gagner, les Redmen auront besoin de performances extraordinaires de leurs joueurs clés. À commencer par la recrue étoile Shaquille Johnson, auteur d'un match record de 18 attrapés la semaine dernière.

« Je suis une recrue, mais je veux faire les gros jeux. J'ai vraiment hâte au match, il y aura beaucoup de monde et une équipe affamée devant nous. C'est le genre de match que tout joueur aime jouer. »

« Laval excelle dans l'élaboration de plan de match, précise l'entraîneur-chef Clint Uttley. Je sais que Shaquille aura droit à un traitement spécial de la part de leur défense. On devra s'ajuster. »

Être bon des deux côtés du ballon

Un autre joueur qui aura une grosse journée au bureau est le bloqueur Laurent Duvernay-Tardif. Le joueur de ligne offensive nommé au sein de l'équipe d'étoiles devra aussi jouer sur la ligne défensive.

L'étudiant en médecine a fait double-emploi à quelques reprises cette saison. Une conséquence de son talent exceptionnel, mais aussi de la profondeur limitée des Redmen.

« Ce sera difficile contre le Rouge et Or qui compte sur des athlètes en très bonne forme physique, explique-t-il. On a toujours un plan de match avec les entraîneurs pour déterminer à quels moments je serai utilisé. »

« Plus Laval jouera au sol, plus on verra Laurent en défense, explique Uttley. On sait tous que Laval court avec succès en puissance. On aura besoin de Laurent. »

De Laurent et de beaucoup plus.