NOUVELLES
02/11/2012 07:32 EDT | Actualisé 02/01/2013 05:12 EST

Angleterre - Arsenal: Wenger à l'épreuve d'Old Trafford

Quatre jours après l'incroyable qualification de son équipe à Reading en Coupe de la Ligue (7-5 a.p.), Arsène Wenger retrouve Manchester United et Old Trafford samedi en championnat, un peu plus d'un an après la plus grosse humiliation de sa carrière avec un revers 8-2.

Arsène Wenger n'aurait pas été limogé mardi si le score entre Reading et Arsenal était resté à 4-0 en faveur des hôtes, avantage acquis après les pires 36 premières minutes d'un match de sa carrière. Le technicien français n'aurait pas perdu son job mais il aurait laissé en chemin pleins d'autres choses: de sa superbe, de son crédit auprès des fans et dans le milieu et il aurait aussi un peu perdu la face.

Alors que sa politique de recrutement comme de management est de plus en plus critiquée par ses propres supporteurs, que les résultats, avant ce déplacement à Reading, n'étaient pas au rendez-vous (défaites face à Chelsea, Norwich et Schalke 04 pour une piètre victoire sur QPR) et que le niveau affiché par son équipe était décevant, il ne pouvait pas se permettre une telle avanie.

Si l'Alsacien a qualifié cette rencontre d'une des plus grandes de sa vie, c'est qu'au delà de l'incroyable scénario de la victoire, il sait bien que la remontée fantastique de son équipe lui a évité un ouragan de diatribes presque digne de Sandy.

Surtout, ce n'était pas le moment d'etre humilié. Car dimanche, Wenger revient pour la première fois à Old Trafford, l'antre de Manchester United, qui le hante depuis un certain 28 aout 2011. Cette défaite 8-2, ce camouflet, ce désastre, cette gifle, le technicien a du y repenser à 0-4 sur le banc de Reading.

Au moment de revenir dans un stade où il a également perdu 6-1 en février 2001, Wenger joue toujours gros, malgré l'héroïque victoire de mardi. Arsenal pointe à sept points du leader Chelsea et à six de MU et de Manchester City. Les absences sont toujours nombreuses (Gervinho, Gibbs, Diaby, Szczesny) et le cauchemar de 2011 va forcément occuper tout l'avant-match.

"Bien sûr qu'il y aura un aspect émotionnel (de revenir à Old Trafford, ndlr). Mais au niveau du football, on ne donnera aucune importance à ce résultat. Il y avait des circonstances spéciales, beaucoup d'absents de notre coté et de jeunes joueurs qui étaient titulaires. Mais nous avons mis cette défaite derrière nous depuis longtemps" a expliqué l'Alsacien lors de sa conférence de presse jeudi.

A l'en croire, c'est une tout autre époque aujourd'hui pour Arsenal. Pourtant, on retrouve certaines similitudes dans la situation actuelle et celle d'il y a quinze mois. Et s'il parait totalement impensable et improbable que le même scénario se répète, Wenger, qui retrouvera face à lui son ancien capitaine Robin van Persie, devra cette fois-ci faire les bons choix. Il devra inspirer ses joueurs comme il a su le faire à la mi-temps à Reading quand les Gunners perdaient 4-1. Il a su trouver les mots justes pour placer ses hommes sur la route du plus retentissant "comeback" de l'histoire du football anglais.

Arsenal n'a plus gagné à Old Trafford depuis septembre 2006 (1-0) et un but d'Adebayor. Samedi, Wenger et les Gunners seraient bien inspirés de créer un nouvel exploit et de prendre une revanche qui effacera enfin l'humiliation d'aout 2011.

cc/gd