NOUVELLES
01/11/2012 05:36 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

USA: Sandy pourrait devenir l'ouragan le plus coûteux après Katrina

Les ravages de l'ouragan Sandy, qui a frappé lundi l'est des Etats-Unis, pourraient s'avérer plus coûteux que prévu et culminer à 50 milliards de dollars, à l'heure où l'activité dans les zones sinistrées redémarre lentement.

Dans le New Jersey ou à New York, durement touchés par les intempéries, le reflux progressif des eaux dévoile l'ampleur des dégâts causés par Sandy, qui pourrait devenir l'ouragan le plus coûteux après Katrina qui avait déferlé sur la Nouvelle-Orléans en 2005.

La société d'études Eqecat, qui fait autorité en la matière, a dû revoir ses calculs. Après avoir estimé lundi les dégâts causés par Sandy entre 10 à 20 milliards de dollars, elle a, jeudi, considérablement revu à la hausse son estimation qui se situe désormais entre 30 à 50 milliards.

A titre de comparaison, les dommages causés par l'ouragan Irène en 2011 ont été évalués à 10 milliards de dollars tandis que les destructions de Ike, qui a déferlé aux Etats-Unis en 2008, se sont élevées à 20 milliards, selon Eqecat.

Soulignant l'impact des "coupures de courant" dans l'est du pays, la société a également revu à la hausse le coût des dégâts pris en charge par les assurances, qui serait désormais compris entre 10 à 20 milliards, soit le double de sa première estimation.

"Il est fort possible que les dommages assurés causés par Sandy soient plus importants et plus élevés que tout ce que nous avons pu voir depuis Katrina", a indiqué David Smith, vice-président d'Eqecat lors d'une conférence téléphonique.

Avec 40 à 66 milliards de "dommages assurés", Katrina reste la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire.

En agrégeant l'ensemble des "pertes économiques", l'agence d'évaluation Moody's estime le coût de l'ouragan Sandy à 50 milliards de dollars: 30 milliards de dégâts, principalement au préjudice des ménages, et 19,9 milliards au titre de "pertes de production" qui seraient principalement supportées par le secteur financier.

Pour la première fois depuis le 11 septembre 2001, la Bourse de New York a dû fermer ses portes pendant deux jours consécutifs en raison des intempéries.

Même à 50 milliards, Sandy serait, selon le classement de Moody's, toutefois moins coûteux que les ouragans Katrina et Andrew (en 1992 à Miami) ainsi que les attentats du 11 septembre que l'agence évalue à près de 100 milliards.

"Les indicateurs économiques hebdomadaires et mensuels seront affectés par Sandy, mais l'impact sur le PIB sera très limité", a expliqué jeudi Mark Zandi, chef économiste de Moody's Analytics, lors d'une conférence de presse téléphonique.

Selon lui, les efforts de reconstruction qui seront consentis après Sandy compenseront ainsi le coût des dégâts matériels dès 2013.

Comparé aux quelque 15.600 milliards du PIB américain, les dégâts causés par Sandy resteront, en tout état de cause, limités.

En conséquence, Moody's a décidé de ne pas revoir ses prévisions de croissance pour les Etats-Unis, a indiqué M. Zandi.

Fitch, autre agence d'évaluation financière, estime toutefois qu'il est "encore trop tôt" pour évaluer les coûts liés à l'ouragan Sandy, notamment dans le secteur de l'énergie qui a été endommagé.

Plusieurs millions de foyers restent privés de courant aux Etats-Unis après le passage de Sandy, qui a fait 85 morts dans le pays après avoir déjà causé le décès de 51 personnes à Haïti.

jt/sl/rap