NOUVELLES
01/11/2012 12:33 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

Sahara: l'émissaire de l'ONU multiplie les contacts pour sa première visite

L'envoyé spécial de Ban Ki-moon pour le Sahara occidental, Christopher Ross, qui effectue sa première visite dans cette région, s'est entretenu jeudi à Laâyoune avec les autorités locales mais aussi avec des représentants de la société civile, selon le correspondant de l'AFP.

M. Ross, qui ne s'était encore jamais rendu sur place depuis sa nomination début 2009, doit passer au total trois jours à Laâyoune, la principale ville du Sahara occidental, région contrôlée par le Maroc mais revendiquée par les indépendantistes du Polisario.

Jeudi, l'émissaire onusien a à la fois rencontré des membres d'associations pro-marocaines et pro-Polisario. Il devait également échanger dans l'après-midi avec le wali (préfet) et des chefs de tribus, d'après la même source.

La journée de vendredi doit être consacrée à des visites à Tifariti et Al-Mahbas, deux villes disposant de points de contrôle de la Minurso, la mission de l'ONU, chargée de surveiller le cessez-le-feu depuis 1991.

Christopher Ross doit ensuite quitter Laâyoune samedi à destination des camps sahraouis de Tindouf, en Algérie.

M. Ross, qui avait été désavoué en mai par Rabat, effectue une tournée régionale jusqu'au 15 novembre. Il s'est tout d'abord rendu à Rabat, où il a notamment rencontré le roi Mohammed VI.

L'envoyé spécial de Ban Ki-moon avait été désavoué par le Maroc après une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui critiquait le comportement de Rabat envers les Casques bleus dans la région et demandait "d'améliorer la situation des droits de l'Homme" au Sahara occidental. M. Ban lui avait maintenu sa confiance.

Rabat propose une large autonomie sous sa souveraineté au Sahara occidental, une ex-colonie espagnole. Le Polisario rejette ce plan et milite pour "le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination" via un référendum.

En toile de fond figure aussi la question des relations entre le Maroc et l'Algérie, avec le projet actuellement en panne d'Union du Maghreb arabe (UMA), ainsi que les questions relatives à la sécurité au Sahel.

cor-gk/mc/cco