NOUVELLES
01/11/2012 03:32 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

Nouveaux bombardements aériens sur Damas et Idleb (ONG)

L'aviation syrienne bombardait jeudi matin Damas et ses environs ainsi que des villages de la province d'Idleb (nord-ouest), a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les hélicoptères de l'armée ont mitraillé le quartier de Hajar al-Aswad, dans le sud de la capitale, faisant des blessés, tandis qu'un avion militaire a largué des bombes sur Harasta, à 10 kilomètres au nord-est de la capitale, selon la même source.

Dans le nord-ouest du pays, dans la province d'Idleb, "des chasseurs-bombardiers ont mené trois raids aériens sur les villages de Tell Manass et de Maar Chamarine", ajoute cette ONG.

Au sol, des combats sporadiques opposaient les troupes régulières à des combattants rebelles, notamment issus du Front islamiste al-Nosra --qui a revendiqué de nombreux attentats depuis le début du conflit en Syrie-- autour de la base militaire stratégique de Wadi Deif, selon l'ONG.

A Alep, la métropole commerçante du nord, des combats ont opposé dans la nuit troupes régulières et combattants rebelles sur plusieurs fronts, rapporte l'ONG. Et l'armée a bombardé plusieurs localités de la région, tuant une fillette à al-Safira.

Un civil et trois soldats ont trouvé la mort dans la province d'Idleb, où l'OSDH fait également état de combats entre soldats et insurgés et de barils d'explosifs largués par des avions du régime.

Dans le sud du pays, dans la région de Deraa, les bombardements de l'artillerie du régime, entamés dans la nuit, se poursuivaient jeudi matin, faisant un mort, indique l'ONG.

Dans l'est, à Deir Ezzor, un citoyen-journaliste a été tué alors qu'il couvrait des combats aux côtés des rebelles, selon l'OSDH.

Par ailleurs, selon la télévision officielle, deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans une explosion à Hama (centre).

Mercredi, 152 personnes ont péri à travers le pays, dont 58 civils, 48 rebelles et 46 soldats, selon un bilan de l'OSDH qui s'appuie sur un large réseau de militants et de sources médicales en Syrie.

Au total, plus de 36.000 personnes ont péri dans le conflit déclenché mi-mars 2011 par la répression par le régime d'un mouvement de contestation populaire le 15 mars 2011, selon l'OSDH.

sbh/vl