NOUVELLES
01/11/2012 06:52 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

L'administration Tremblay pourrait reculer sur les hausses de taxes

Devant le tollé suscité par le budget déposé cette semaine, le comité exécutif de la Ville de Montréal envisage de réduire la hausse de taxes de 3,3 % prévue.

« J'ai demandé à notre département des finances et au directeur général de la Ville de Montréal d'évaluer différents scénarios pour voir si nous sommes capables de modifier ce budget et le niveau de taxation des citoyens, et d'évaluer l'impact des modifications », a indiqué jeudi le président du comité exécutif, Michael Applebaum.

M. Applebaum étudiera ensuite ces scénarios avant de faire ses recommandations au comité exécutif et, le cas échéant, de soumettre la question à un vote devant le Conseil de ville.

Au final, la hausse pourrait donc être moins importante que prévu, voire complètement annulée, a-t-il précisé.

Il faut vérifier s'il est possible de le faire sans nuire à la qualité des services, comme les transports, les opérations de déneigement, la collecte des ordures et le système d'aqueduc, tout en continuant d'assurer la sécurité des citoyens, a soutenu M. Applebaum.

Le numéro deux de la Ville a admis que la volte-face était une réaction au tollé suscité par la hausse, dans un contexte où se multiplient, devant la commission Charbonneau, les allégations de détournements de fonds publics vers le crime organisé et des hauts fonctionnaires.

Plus tôt cette semaine, un ex-organisateur politique d'Union Montréal a raconté devant la commission Charbonneau que le maire Gérald Tremblay avait été informé que son parti pratiquait une double comptabilité lors d'élections partielles organisées en décembre 2004 dans l'arrondissement de Saint-Laurent.

Au centre de la tempête médiatique, le maire Tremblay a d'ailleurs pris quelques jours de repos.

Lors de son dépôt, mardi, le budget a été décrié autant par les partis d'opposition que par des citoyens et des regroupements comme la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.