NOUVELLES
01/11/2012 09:07 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

La fragile reprise économique de l'Atlantique devrait continuer en 2013

Des experts prévoient que les revenus et les dépenses des consommateurs seront restreints par une faible création d'emplois l'an prochain dans les Maritimes, tandis que les salaires vont continuer d'augmenter à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le Conseil économique des provinces atlantiques a publié, jeudi matin, ses prévisions pour 2013.

Selon l'organisme, la croissance économique du Nouveau-Brunswick pourrait s'élever à 1,5 % en 2013 si la centrale nucléaire de Point Lepreau fonctionne toute l'année à son plein régime.

En Nouvelle-Écosse, le Conseil économique prévoit une croissance de 1,7 % grâce à l'extraction du gaz naturel du gisement de Deep Panuke et la reprise des activités de la papetière de Port Hawkesbury.

À l'Île-du-Prince-Édouard, la croissance pourrait atteindre 1,4 %. Le Conseil économique explique que la population de la province augmente moins vite, et que cette tendance se répercute sur les dépenses des consommateurs et sur l'investissement dans l'immobilier.

Terre-Neuve-et-Labrador, pour sa part, pourrait connaître une croissance de 3,4 %. Le Conseil économique base cette prévision sur les investissements continus dans l'industrie minière et sur une augmentation des activités de l'industrie pétrolière.

Un entrepreneur propose des moyens d'améliorer la croissance

Lors d'une première conférence du Conseil économique, jeudi matin, dans le cadre d'une tournée atlantique, l'homme d'affaires Francis McGuire a proposé des solutions pour encourager le développement économique du Nouveau-Brunswick.

M. McGuire recommande notamment d'attirer de hauts salariés, c'est-à-dire des gens qui occuperont des emplois comportant un salaire de 30 $ l'heure. Il peut s'agir de gens qui s'installeraient dans la province même s'ils exerçaient un emploi à l'extérieur, explique M. McGuire. Le Nouveau-Brunswick pourrait ainsi percevoir quand même de l'impôt et des taxes.