NOUVELLES
01/11/2012 03:51 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

CORRIGÉ: Finie la trêve Sandy, Mitt Romney reprend sa cour des électeurs du centre

A seulement cinq jours de l'élection, le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney poursuivait jeudi une ultime tournée de l'État clé de Virginie (est) avec un message taillé sur mesure pour une catégorie: les électeurs du centre.

Plus question de "trêve Sandy": Mitt Romney a repris ses attaques contre le président sortant.

Après avoir sillonné la Floride (sud-est) mercredi, Mitt Romney a programmé trois réunions électorales dans plusieurs parties de la Virginie jeudi, un Etat qui avait viré au bleu, la couleur des démocrates, en 2008.

Dans la petite ville de Roanoke, remportée à 61% par Barack Obama il y a quatre ans, Mitt Romney a notamment vanté ses quatre années à la tête de l'Etat du Massachusetts --dont les deux assemblées comptaient 85% d'élus démocrates.

"Pour refaire de l'Amérique un pays fort, nous devons mettre fin aux divisions, aux attaques, à la diabolisation, il faut collaborer avec l'autre parti, rassembler les bon démocrates et les bons républicains pour enfin travailler pour le peuple et mettre la politique de côté", a déclaré le candidat dans une usine de fenêtres, une entreprise de taille moyenne, le type de lieux où il se déplace fréquemment.

Quelques heures plus tard en banlieue de la ville démocrate de Richmond, la capitale de Virginie, Mitt Romney s'est engagé à rencontrer "régulièrement" les membres de l'opposition démocrate s'il était élu, "beaucoup plus" qu'une fois par an, contrairement selon lui à Barack Obama dont la relation avec les républicains du Congrès s'est envenimée depuis les négociations sur le relèvement du plafond de la dette, à l'été 2011.

Le message final de la campagne Romney, scandé depuis la semaine dernière, se résume au changement --"un grand changement"-- dès le premier jour de son éventuelle prise de fonctions le 20 janvier 2013.

De la "mère célibataire" qui peine à payer un repas à ses enfants, aux parents de la classe moyenne qui se privent de cadeaux de Noël, Mitt Romney a multiplié les illustrations de ce qu'il décrit comme les conséquences de la politique économique de Barack Obama, promettant une reprise fulgurante si les Américains lui confiaient les clés de la nation.

Après une courte pause mardi pour récolter des dons et des vivres pour les sinistrés du cyclone Sandy, le candidat n'a pas perdu de temps pour réinvestir le terrain des Etats qui lui sont acquis.

En Virginie, un Etat que les républicains croyaient encore en septembre empocher, les deux hommes sont au coude-à-coude, et un sondage CBS/New York Times publié mercredi donne même un léger avantage à Barack Obama.

D'ici mardi, Mitt Romney a déjà annoncé des déplacements dans l'Ohio (nord), le Wisconsin (nord), le Colorado (ouest), le New Hampshire (nord-est) et l'Iowa (centre), mais d'autres devraient encore s'ajouter.

Vendredi soir à West Chester, dans l'Etat clé de l'Ohio où il a passé plus de temps que dans n'importe quel autre Etat, il lancera, accompagné de son épouse Ann et de son colistier Paul Ryan, une tournée finale de ses principaux lieutenants dans 11 Etats: Colorado, Ohio, Floride (sud-est), Iowa, Michigan (centre), Caroline du Nord (est), New Hampshire, Nevada (ouest), Pennsylvanie (nord-est), Wisconsin, et --sans surprise-- Virginie, encore.

"L'élection dépend des électeurs du centre et nous sommes en avance dans les sondages parmi les électeurs du centre", a affirmé Neil Newhouse, le spécialiste des sondages de Mitt Romney, mercredi.

Concentré sur l'économie et ignorant les questions de société, le républicain a moqué jeudi la suggestion récente du président de créer un ministre des "affaires" pour rationaliser sous une même tutelle l'ensemble des services gouvernementaux aux entreprises.

"Je ne vois pas comment l'ajout d'un siège à son gouvernement permettra de créer des millions d'emplois pour les Américains", a ironisé Mitt Romney, qui le même jour a lancé une publicité sur ce thème.

ico/rap