NOUVELLES
31/10/2012 11:35 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

Tunisie: un influent homme d'affaires rejette des accusations de complot

L'influent homme d'affaires tunisien Kamel Eltaïef, considéré comme proche de l'opposition, a rejeté mercredi les accusations de "complot contre la sûreté de l'Etat" à son encontre, dans une déclaration à la radio Shems-FM.

"Je ne sais pas d'où vient cette accusation et de quel droit un avocat se permet de déposer une plainte à mon encontre et pourquoi elle a été acceptée par le parquet", a-t-il déclaré.

M. Eltaïef fait l'objet d'une interdiction de sortie du territoire tunisien et d'une information judiciaire pour "complot contre la sûreté de l'Etat", un crime passible de la peine de mort, à la suite du dépôt d'une plainte par un avocat, Cherif Jebali.

Ce dernier, interrogé à l'antenne de la radio Mosaïque-FM, a indiqué mercredi que sa plainte se basait sur "sept SMS codés" datant de mai 2011 et qui évoqueraient des opérations de déstabilisation des autorités post-révolutionnaires.

Selon Me Jebali, M. Eltaïef a été convoqué pour se présenter jeudi devant un juge d'instruction.

Kamel Eltaïef avait été l'éminence grise du président déchu Zine El Abidine Ben Ali durant les premières années de son régime. Il était tombé en disgrâce pour avoir voulu s'opposer au mariage du président tunisien avec Leïla Trabelsi.

L'homme d'affaires est désormais considéré comme étant proche de Beji Caïd Essebsi, chef du parti d'opposition Nidaa Tounès (l'Appel de la Tunisie) honni par les islamistes d'Ennahda qui dirigent l'actuel gouvernement.

kl-alf/tp