NOUVELLES
31/10/2012 10:11 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

Pénible retour à la normale sur la côte est américaine

Alors que le président Obama est attendu au New Jersey, le nettoyage et le rétablissement des services essentiels progressent lentement sur la côte est des États-Unis, où l'ouragan Sandy a fait au moins 55 morts.

À New York, où les eaux ont envahi les tunnels, le métro et les parties basses de la ville, l'activité reprenait mercredi matin dans les rues en dépit des importantes pannes d'électricité qui persistent dans plusieurs quartiers de la ville.

Des milllions d'Américains dans le noir

Plus de 8,2 millions de foyers ont été privés d'électricité par l'ouragan Sandy sur la côte est. Mercredi, plus de 500 000 personnes étaient toujours sans électricité à New York.

Selon le plus récent bilan des autorités municipales, le passage de Sandy a fait au moins 22 morts dans la métropole américaine.

Dans le quartier Queens, des centaines de résidents ont découvert avec horreur des pâtés de maison entièrement ravagés par les flammes qui ont détruit plus de 80 habitations lundi soir.

Bien que l'activité tourne au ralenti, beaucoup de véhicules encombrent les rues de la ville en raison de l'absence de transport en commun, très utilisé par les New-Yorkais.

Pas de métro avant plusieurs jours

Le service d'autobus reprend graduellement aujourdhui dans les secteurs praticables de la ville.

Le métro de New York demeurera quant à lui fermé pour encore plusieurs jours. Remplis d'eau salée, les tunnels doivent d'abord être vidés, nettoyés et asséchés avant d'y rétablir le courant électrique. Ce qui nécessitera beaucoup de temps.

À New York, le métro est une infrastructure vitale au fonctionnement de la ville. Considéré comme le plus important en Amérique du Nord, le réseau est emrpunté chaque jour par plus de 5 millions de personnes.

Un million d'écoliers en congé forcé

Pour ce qui est des écoles, elles demeurent toutes fermées, tout comme les parcs de la ville. Plus d'un million d'étudiants et d'élèves sont confinés à la maison jusqu'à nouvel ordre.

À Wall Street, l'activité boursière a repris après deux jours d'interruption consécutifs, du jamais vu à la Bourse de New York depuis 1888.

En ce qui a trait à la fête de l'Halloween, le maire Michael Bloomberg a annoncé que le traditionnel défilé d'Halloweens dans les rues de la ville est annulé. Il a également fait appel au jugement des parents en ce qui concerne la collecte de bonbons dans les rues.

Le marathon de New York, qui doit avoir lieu dimanche, ne serait cependant pas annulé.

Durs lendemains au New Jersey

La situation est cependant moins encourageante dans d'autres États, notamment au New Jersey, où Sandy a causé de lourds dégâts.

Dans des dizaines de villages côtiers, ont tentait toujours mercredi de déblayer les routes jonchées d'arbres, de poteaux électriques et de débris de toutes sortes.

Plusieurs villes sont aussi encore inondées tandis que des milliers d'Américains attendent de réintégrer leur domicile dans des centres d'hébergement.

Plusieurs d'entre eux ne pourront retourner chez eux en raison des dégâts majeurs infligés par la tempête. La garde nationale a été déployée en renfort pour aider les citoyens à dégager les rues et maintenir les services essentiels.

Selon le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, plus de 2,4 millions de foyers sont toujours sans électricité dans l'État et il faudra compter encore plusieurs jours, voire une semaine, avant que les infrastructures électriques endommagées soient reconstruites.

Dans l'attente de Barack Obama

Le président des États-Unis, Barack Obama, qui a suspendu sa campagne électorale pour gérer cette crise majeure, doit se rendre aujourd'hui au New Jersey pour constater l'ampleur des dommages.

Barack Obama, qui a décrété très tôt dans cette crise l'état de « catastrophe majeure » dans l'État de New York et du New Jersey, a par ailleurs reçu le soutien inattendu du très républicain gouverneur du New Jersey, Chris Christie, pour la manière dont il gère la catastrophe.

Habituellement très critique de l'administration Obama, le gouverneur républicain soutenait jusqu'à tout récemment que Barack Obama ne méritait pas d'obtenir un second mandat. Il semble qu'il se soit ravisé.

Mardi, le gouverneur Christie a même affirmé sur les ondes de Fox News qu'il ne souhaitait pas la visite électorale de Mitt Romney dans son État.

Le gouverneur a précisé que la campagne électorale était actuellement très loin dans l'ordre de ses priorités et que des questions beaucoup plus urgentes sont à régler au New Jersey actuellement.

Quant au candidat républicain, Mitt Romney, il reprend mercredi ses activités électorales en Floride après avoir collecté mardi des vivres pour les vicitmes de Sandy lors d'un rassemblement dans l'Ohio. Bombardé de questions mardi quant à savoir s'il souhaitait toujours privatiser la FEMA, l'agence fédérale de gestion des situations d'urgence, il s'est fait avare de commentaires et a refusé de répondre.