NOUVELLES
31/10/2012 04:43 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

La détention d'un opposant au Koweït provoque des violences

Les forces anti-émeutes ont dispersé par la force mercredi à Koweït des milliers de protestataires en colère qui ont marché en direction de la prison où est détenue l'une des principales figures de l'opposition, selon des militants et le ministère de l'Intérieur.

La manifestation faisait suite à la décision du parquet de maintenir en détention pendant 10 jours Musallam Al-Barrak, pour ses déclarations jugées critiques à l'égard de l'émir, à un mois d'élections anticipées organisées le 1er décembre sur la base d'une loi électorale contestée par l'opposition.

Les manifestants, dont le nombre a été estimé à 10.000 par les organisateurs, se sont rassemblés devant la résidence de M. Barrak à Andalous, à 20 km au sud-ouest de la capitale, avant de marcher en direction de la principale prison du pays, trois kilomètres plus loin.

Arborant des pancartes avec la mention "La nation veut la libération de la +conscience de la nation+", et criant "Libération pour Barrak", ils ont été dispersés devant la prison par les forces anti-émeutes qui ont fait usage de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogènes, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur a accusé "des agitateurs et des instigateurs" d'avoir provoqué des troubles et fait état d'arrestations parmi les manifestants sans préciser leur nombre.

Des protestataires ont lancé des pierres et des bouteilles sur les policiers, selon le ministère.

Selon des témoins, des heurts se poursuivaient en fin de soirée dans des zones résidentielles autour de la prison entre des centaines de manifestants et les forces anti-émeutes. On ignorait dans l'immédiat s'il y a eu des victimes.

Des militants ont indiqué que deux autres petits rassemblements en solidarité avec M. Barrak ont eu lieu dans le sud et le nord de ce petit pays du Golfe où les manifestations se sont multipliées ces derniers mois sur fond de crise politique aiguë.

oh/tp/cnp