NOUVELLES
31/10/2012 03:09 EDT | Actualisé 31/12/2012 05:12 EST

HRW appelle à la libération d'un Saoudo-Américain arrêté en avril

Human Rights Watch a appelé mercredi les autorités saoudiennes à libérer un homme détenant la double nationalité américaine et saoudienne, arrêté en avril après des commentaires sur internet sur l'interprétation des textes coraniques.

Selon un communiqué de l'organisation de défense des droits de l'Homme, Mohammad Salama est détenu depuis avril 2012 sans chef d'accusation.

Le communiqué précise qu'il a été arrêté par des membres des services de renseignement à son domicile après des commentaires publiés en mars sur le site de microblogs Twitter critiquant certaines interprétations du hadith, le recueil des actes et paroles du prophète Mahomet.

Il aurait ainsi affirmé que "le prophète lui-même a remis en question le Coran", et ajouté que "les pensées sur le suicide sont normales, car le prophète lui-même l'a envisagé", alors que le suicide est sacrilège en islam.

Il a également mis en ligne une vidéo sur YouTube critiquant un dignitaire religieux, et des commentateurs non identifiés ont appelé par la suite sur internet à l'arrestation et l'exécution de M. Salama.

"Ni M. Salama ni sa famille n'ont été informés d'accusations à son encontre", a affirmé Joe Stork, directeur adjoint pour le Proche-Orient à HRW.

"Le cas de M. Salama est un triste exemple de la façon dont les autorités saoudiennes maintiennent des détenus en prison pour de longue périodes sans chefs d'accusation", a-t-il ajouté, appelant à la libération immédiate du détenu.

En février dernier, un blogueur et journaliste saoudien de 23 ans, Hamza Kashgari, accusé de blasphème, avait été arrêté en Malaisie et livré par ce pays à l'Arabie saoudite. Des milliers de personnes réclamaient sur les réseaux sociaux son exécution. Il est depuis en détention.

bur-at/cnp