NOUVELLES
30/10/2012 06:21 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

Vie privée: Google assure à un comité des Communes ne pas être «Big Brother»

OTTAWA - Le géant de l'Internet Google a dit mardi ne pas croire à la nécessité d'une réglementation gouvernementale stricte des pratiques des moteurs de recherche quant à la protection de la vie privée.

Colin McKay, un gestionnaire des activités canadiennes de l'entreprise, a notamment fait valoir à un comité de la Chambre des communes, à Ottawa, qu'il serait difficile d'assurer la pertinence de telles règles dans un univers qui évolue si rapidement.

Il a souligné que les entreprises devaient déjà équilibrer les protections garanties par les lois avec l'assurance que les usagers soient conscients de ce qu'ils divulguent sur les sites webs.

Mais M. McKay a dit croire que les gens sont de plus en plus craintifs dans l'usage de certaines applications car ils ne veulent pas partager certaines informations.

L'administrateur chez Google prenait la parole devant un comité des Communes étudiant la question des médias sociaux et de la vie privée, au sein duquel des députés ont soulevé des inquiétudes concernant l'accès de Google à des renseignements personnels.

Mais M. McKay a fait valoir que Google n'est pas «Big Brother», et que les Canadiens peuvent être rassurés de savoir que les données colligées ne sont pas utilisées pour constituer des profils personnels.

M. McKay est un ancien membre du bureau du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada.

Il a dit croire que Google, comme d'autres moteurs de recherche, réagit rapidement aux avis donnés par la commissaire Jennifer Stoddart, et que le dialogue entre les parties est constructif.