NOUVELLES
30/10/2012 12:31 EDT | Actualisé 29/12/2012 05:12 EST

Sandy: l'historique Trois-mâts des "Révoltés du Bounty" coule, un mort

L'ouragan Sandy a eu raison lundi de la réplique de l'historique Trois-mâts HMS Bounty, construite en 1962 et rendue célèbre au cinéma, qui a coulé au large de la Caroline du Nord (sud-est), faisant un mort parmi les 16 membres d'équipage tandis que le capitaine restait porté disparu.

Les gardes-côtes américains avaient annoncé lundi soir avoir retrouvé le "corps inanimé" de Claudene Christian, 42 ans, dans l'océan Atlantique à environ 150 km au sud-est de Hatteras, en Caroline du Nord. Celle-ci avait été conduite par hélicoptère à l'hôpital Albemarle d'Elizabeth City.

Sa mort a été confirmée plus tard à l'AFP par l'hôpital.

Les gardes-côtes ont par ailleurs ajouté que les recherches se poursuivaient durant la nuit pour retrouver le second disparu, le capitaine du navire Robin Walbridge, 63 ans.

"Le navire a coulé", avait indiqué par téléphone à l'AFP en mi-journée un porte-parole des gardes-côtes, précisant que 14 des 16 membres d'équipage du navire avaient pu être secourus et étaient en "bonne santé".

Long de 55 mètres, le HMS Bounty avait été construit pour le tournage du film de Lewis Milestone de 1962 "Les Révoltés du Bounty", avec Marlon Brando, évoquant la célèbre mutinerie de 1789 à Tahiti à bord du navire britannique, précise son propriétaire sur son site internet.

Depuis, le bateau avait fait des apparitions dans plusieurs autres films, dont "Pirates des Caraïbes: Le secret du coffre maudit" avec Johnny Depp, et des dizaines de séries télévisées ou de documentaires historiques.

L'ouragan Sandy, qui avait fait lundi au moins 13 morts aux Etats-Unis et au Canada, après les 67 victimes dans les Caraïbes les jours précédents, aura ainsi eu raison du romantique Trois-mâts.

Son propriétaire a expliqué qu'il avait perdu contact avec l'équipage tard dimanche. Le quartier général des gardes-côtes américains, basé à Portsmouth en Virginie (est), avait ensuite reçu un appel de détresse du bateau qui était alors privé de courant et ne parvenait plus à pomper l'eau entrée dans le navire.

Les marins ont abandonné leur navire lundi matin après avoir enfilé des tenues de survie pour les eaux froides et des gilets de sauvetage puis lancer dans la mer deux radeaux de sauvetage. Sur place, la proximité de Sandy entraînait des vents de 65 km/h et des vagues hautes de plus de 5 m.

Les marins ont été secourus par deux hélicoptères Jayhawk.

En fin d'après-midi lundi, un responsable des gardes-côtes contacté par l'AFP avait indiqué qu'un avion Hercules C-130 et un hélicoptère MH-60 étaient toujours sur zone pour tenter de retrouver les membres d'équipage portés disparus. Un navire de 70 mètres devait être dépêché "dans la soirée" et éventuellement l'USCG Gallatin, un cotre de 115 mètres, "demain matin" (mardi).

Selon la même source, les sauveteurs connaissaient la zone où les deux victimes étaient tombées à l'eau, et ont utilisé des bouées armées de GPS et chargées de calculer la dérive pour tenter d'en déduire leur position.

Les deux portés disparus "disposent de tenues de sauvetage permettant au corps de rester chaud" mais "ils sont dépourvus d'eau et de nourriture", avait par ailleurs dit ce responsable à l'AFP, soulignant que les recherches allaient se poursuivre toute la nuit s'il fallait.

Les 14 autres membres d'équipage ont été ramenés à la station aérienne d'Elizabeth City en Caroline du Nord, où du personnel médical d'urgence s'est occupé d'eux.

Un porte-parole a précisé à l'AFP qu'aucune de ces personnes "n'avait besoin d'une hospitalisation immédiate".

bur-sam/lb