NOUVELLES
30/10/2012 10:33 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

L'épreuve avant l'épreuve

L'ouragan Sandy n'a pas dévasté New York au point de forcer l'annulation du marathon, mais la 43e édition de l'événement ne sera certainement pas à l'image des 42 premières.

Le maire de New York, Michael Bloomberg, a assuré mardi que la tenue de l'événement, prévu le 4 novembre, n'était pas menacée.

« Le marathon a toujours été un jour spécial pour les New-Yorkais, un symbole de la vitalité et de la résilience de cette ville », a ajouté Mary Wittenberg, la présidente du New York Road Runners, société organisatrice de la course.

Cela dit, des problèmes de transport compliqueront grandement la tâche des participants, si bien que le simple fait de se rendre représentera un exploit en soi.

Environ 40 % des 50 000 participants attendus doivent arriver à New York par avion. Or, si l'aéroport John F. Kennedy doit partiellement rouvrir mercredi, la date de reprise des activités à LaGuardia et à Newark est toujours inconnue.

Pour les coureurs déjà à New York, atteindre le point de départ constituera une autre épreuve. La course s'amorce sur le pont Verrazano, reliant Staten Island à Brooklyn. Or, la moitié des participants se rendent sur Staten Island par un traversier gratuit, qui est fermé. Le tunnel Brooklyn-Battery est une autre option pour gagner l'île, mais il est également fermé.

Les participants auront droit à trois jours de plus pour se retirer de l'épreuve et pourront donc le faire jusqu'à samedi. Ils pourront alors réserver déjà leur place pour 2013, mais ne seront pas remboursés pour 2012.

Parmi les participants, on retrouve trois médaillés olympiques des Jeux de Londres, de même que la championne du monde en titre, la Kényane Edna Kiplagat.