NOUVELLES
30/10/2012 01:46 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

Le budget 2013 de la Ville de Montréal prévoit des hausses de taxes de 3,3 p.c.

MONTRÉAL - Les contribuables montréalais ne connaîtront aucun répit fiscal l'an prochain alors que le budget 2013 de la Ville de Montréal, présenté mardi par le maire Gérald Tremblay et le président du comité exécutif Michael Applebaum, prévoit des hausses de taxes moyennes de 3,3 pour cent.

L'administration Tremblay-Applebaum a prévu un accroissement des taxes foncières de 2,2 pour cent, soit exactement le niveau de l'inflation, mais ajoute un autre 1,1 pour cent de hausse pour la contribution au Fonds de l'eau.

Le budget 2013 s'élève à 4,9 milliards $, soit une hausse de 2,7 pour cent par rapport à 2012.

Le maire Tremblay a affirmé lors du dépôt que ce budget respectait la capacité de payer des Montréalais.

Sans surprise, c'est le Service de police qui obtient la plus grosse enveloppe, soit 686 millions $. Avec le service de protection des incendies, à 348 millions $, la rubrique «sécurité» dépasse ainsi pour la première fois le milliard de dollars (1,034 milliard $).

Les autres postes budgétaires d'importance sont les services aux citoyens (481 millions $), ce qui inclut les parcs, les bibliothèques et les activités culturelles et sportives; le transport en commun (455 millions $); et la gestion de l'eau (441 millions $).

Le déneigement (158 millions $) ainsi que la collecte des déchets et le recyclage (177 millions $) ont pour leur part été classés sous la rubrique «Embellir l'environnement urbain».

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain n'a pas tardé à réagir à ce budget, qualifiant d'imprudente la décision d'augmenter le fardeau fiscal de 3,3 pour cent, soit 50 pour cent de plus que le taux d'inflation.

L'organisme représentant le milieu des affaires montréalais soutient que les contribuables de la métropole sont parmi les plus taxés en Amérique du Nord.

La Chambre affirme qu'ils «ont droit à un répit, d'autant plus que la commission Charbonneau démontre qu'un renforcement des processus de gestion engendrerait des économies importantes pour la Ville».