NOUVELLES
30/10/2012 06:56 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

Fehr attend les propriétaires

Le directeur de l'Association des joueurs (AJLNH), Donald Fehr, a envoyé une lettre aux joueurs expliquant que la balle est dans le camp de la LNH. C'est ce qu'avance le réseau TSN mardi.

« Chaque fois que nous en avons l'occasion, nous répétons que nous sommes prêts à négocier et à aborder tous les enjeux, et ça inclut la dernière offre des propriétaires, a écrit Fehr, dans une mise à jour des pourparlers. Mais la LNH refuse de nous rencontrer à moins qu'elle puisse dicter l'ordre du jour. Nous vous tiendrons au courant dès qu'il y aura des développements. »

Le lock-out en est à une 45e journée mardi. Aucune reprise des négociations n'est prévue à l'heure actuelle, mais des représentants des deux groupes se parlent au téléphone.

Le chèque dans la poste

Par ailleurs, les joueurs n'ont peut-être pas reçu leurs premiers chèques de paie, mais ils ont quand eu une bonne nouvelle mardi, puisqu'ils ont reçu une partie de la somme placée en fiducie la saison dernière.

Les joueurs ont reçu 7,98 % de leur salaire de la saison dernière, avec intérêts, la veille de la journée où ils auraient dû recevoir leur deuxième chèque de paie de la saison 2012-2013, selon ce qu'a indiqué un porte-parole de l'AJLNH.

La somme placée en fiducie correspond à 80 000 $ pour chaque million touché par un joueur -- avant les déductions. Par exemple, l'attaquant des Rangers de New York Brad Richards a placé environ 960 000 $ en fiducie après avoir été le joueur le mieux payé dans la LNH la saison dernière.

Selon l'ancienne convention collective, une partie du salaire des joueurs de la LNH était déduite et placée en fiducie. À la fin de la saison, quand tous les comptes ont été calculés, les joueurs sont remboursés en fonction de la portion des revenus qu'ils sont censés recevoir.

Le paiement de mardi permettra aux joueurs d'amortir les pertes provoquées par le lock-out. Les joueurs auraient aussi reçu un chèque de paie le 15 octobre, mais celui-ci aurait compté pour seulement quatre jours de travail, contrairement à celui de mercredi.

Fehr a rencontré quelques joueurs lundi, au Minnesota, et a admis au Minneapolis Star-Tribune que certains des membres de l'Association sont inquiets des pertes de salaire engendrées par le lock-out.

« Mais cela ne signifie pas que nous devons accepter une mauvaise convention collective », a rappelé Fehr.

Les deux parties n'ont pas négocié depuis le 18 octobre, quand l'AJLNH a répliqué à une offre de la LNH avec trois propositions différentes. Les trois offres ont rapidement été rejetées par la LNH.

Depuis, la LNH a annulé les matchs prévus au mois de novembre et on s'attend à ce que la Classique hivernale du 1er janvier soit annulée plus tard cette semaine.

(Avec La Presse Canadienne)