NOUVELLES
30/10/2012 04:26 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

Chypre attribue quatre licences pour l'exploration de gaz, dont deux à Total

Chypre a annoncé mardi avoir accordé quatre licences d'exploration de gaz dans ses eaux territoriales, dont une au géant pétrolier français Total et une autre à un consortium franco-russe.

Le ministre du Commerce Neoclis Sylikiotis a annoncé après un conseil des ministres mardi soir que les permis pour des forages exploratoires avaient été approuvés pour les blocs 2, 3, 9 et 11.

Cette décision fait suite à la mise aux enchères de licences pour 12 blocs, qui s'était achevée en mai.

Le gouvernement va négocier l'attribution des blocs 2 et 3 avec un consortium entre l'Italien ENI et le Sud-Coréen Kogas.

Pour le bloc 9, le contrat sera élaboré avec un consortium alliant la branche ENP de Total et le russe Novatec, tandis que la compagnie pétrolière française explorera seule le bloc 11, a précisé le ministre.

M. Sylikiotis a indiqué que les négociations devraient s'achever d'ici 2013, ajoutant que les huit autres blocs mis aux enchères seraient attribués "graduellement", sans plus de précision.

"La raison pour laquelle nous avons décidé de lancer les opérations sur ces quatre blocs est avant tout la recherche d'économies d'échelle, étant donné qu'on peut compter sur des synergies car ils sont proches du bloc 12", déjà attribué.

La compagnie américaine Noble energy, titulaire de la licence sur le bloc 12, a annoncé l'an passé avoir découvert un gisement de gaz pouvant atteindre 226,5 milliards de mètres cubes, pour une valeur estimée de 100 milliards d'euros.

Cela suffirait à couvrir les besoins de l'île méditerranéenne pour des décennies.

Selon plusieurs médias, d'autres gisements de gaz mais également de pétrole pourraient être mis au jour dans les blocs adjacents.

La Turquie s'est fermement opposée à ces explorations menées par le gouvernement chypriote qu'elle ne reconnaît pas, les qualifiant d"illégales". Ankara ne reconnaît que la République turque de Chypre du nord (RTCN), contrairement au reste de la communauté internationale.

Chypre est divisée depuis 1974, après que la Turquie a envahi le nord de l'île à la suite d'un coup d'Etat fomenté par des nationalistes chypriotes-grecs et visant à rattacher le pays à la Grèce.

L'île méditerranéenne, qui négocie actuellement un plan de sauvetage avec l'Union européenne, le FMI et la Banque mondiale, compte sur l'exploitation de ses ressources gazières pour relancer l'économie, frappée de plein fouet par la crise grecque.

Dix consortiums et cinq groupes, dont le français Total, le malaisien Petronas et l'américain ATP s'étaient porté candidats en mai lors d'enchères portant sur 12 blocs des 13 blocs d'exploration pétrolière et gazière au large de Chypre, et le gouvernement avait annoncé une décision dans les six mois.

cc-cnp/az