NOUVELLES
30/10/2012 02:44 EDT | Actualisé 30/12/2012 05:12 EST

Au moins 23 personnes tuées dans un bombardement sur une banlieue de Damas

BEYROUTH - Les forces armées syriennes ont tué au moins 23 personnes mardi dans une banlieue de Damas, la capitale, ont déclaré des militants de l'opposition.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme et les Comités locaux de coordination, deux organisations de l'opposition, 18 civils ont été tués dans un bombardement sur la ville de Douma, au nord-est de Damas. Cinq rebelles sont morts dans les combats avec les forces gouvernementales qui se sont déroulés dans les environs.

L'armée syrienne a également poursuivi mardi ses bombardements sur la ville de Maaret al-Numan, située sur la route qui relie Damas à Alep, la plus grande ville du pays. Les rebelles ont pris le contrôle de cette ville stratégique plus tôt ce mois-ci et perturbent le ravitaillement des forces gouvernementales qui se battent pour garder le contrôle d'Alep.

D'après l'Observatoire, au moins sept personnes ont été tuées dans les bombardements de mardi à Maaret al-Numan, dont quatre enfants. Dans une vidéo mise en ligne par des militants de l'opposition, on peut voir un homme tenir le corps sans vie d'une petite fille vêtue d'un gilet blanc et rouge et d'un pantalon bleu. Une autre vidéo montre un homme qui transporte une femme et un enfant ensanglantés à l'extérieur d'un édifice.

Les bombardements de mardi sont survenus au lendemain de la pire journée de bombardements dans le pays depuis le début du soulèvement, au quatrième jour de la trêve qui devait entrer en vigueur vendredi pour la fête musulmane de l'Aïd al-Adha.

Au moins 500 personnes ont été tuées en Syrie durant les quatre jours de la supposée trêve, d'après les militants de l'opposition.

Des violences ont aussi éclaté mardi dans la capitale. Selon l'Observatoire, des missiles tirés par un avion de combat ont touché le quartier de Jobar, un événement rare à Damas. Depuis le début du soulèvement, les combats se sont surtout concentrés en périphérie de la capitale.

L'agence de presse syrienne a par ailleurs annoncé qu'un «groupe terroriste armé» avait assassiné un important responsable de l'armée de l'air, le major-général Abdullah Mahmoud al-Khalidi, alors qu'il descendait de sa voiture dans le quartier kurde de Rukn Eddine.

Les forces gouvernementales ont également affronté des rebelles dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk à Damas. Il n'y aurait pas eu de victime, et on ne sait pas très bien si des réfugiés palestiniens ont participé aux combats. La plupart des réfugiés palestiniens ont évité de s'impliquer dans le soulèvement au début, mais certains ont ensuite rejoint les rangs des rebelles.