NOUVELLES
29/10/2012 09:13 EDT | Actualisé 29/12/2012 05:12 EST

Israël doute que l'Iran ait récupéré des images du drone (officier)

Un haut responsable de l'armée israélienne a rejeté lundi les affirmations de Téhéran selon lesquelles l'Iran est en possession d'images prises par un drone du Hezbollah au dessus d'Israël.

"Je ne pense pas qu'il y ait eu d'appareil photo", a déclaré cet officier du commandement Nord de l'armée israélienne, sous couvert d'anonymat, tout en reconnaissant qu'une "enquête est toujours en cours".

Le 6 octobre, l'aviation israélienne a abattu un drone qui avait survolé la Méditerranée avant d'entrer dans le ciel israélien. Il a été détruit dans le nord du désert du Néguev, où se trouvent les installations nucléaires israéliennes.

Le chef du Hezbollah chiite libanais, Hassan Nasrallah, avait déclaré quelques jours plus tard que son mouvement avait "assemblé et monté au Liban" ce drone de fabrication iranienne. Il avait affirmé que l'engin avait "survolé des installations sensibles et importantes sur des dizaines de kilomètres jusqu'à ce que l'ennemi le repère près (du site nucléaire) de Dimona".

Le président de la commission de défense du Parlement iranien, Esmaïl Kossari, a affirmé dans un entretien diffusé dimanche soir que Téhéran était en possession d'images prises par le drone du Hezbollah.

"Ce drone a envoyé en direct les images prises et nous sommes en possession des images des zones interdites" d'Israël, a déclaré M. Kossari à la télévision en langue arabe Al-Alam, ajoutant "nous avons aussi la capacité de produire des drones d'attaque".

L'officier israélien a indiqué qu'à sa connaissance, "il n'y avait pas d'arme à bord du drone" abattu.

Même s'il n'a pas permis de collecter d'information, le survol du territoire israélien par ce drone "est une démonstration de savoir-faire", a-t-il déclaré, car cela prouve que l'engin peut "voler au-dessus d'Israël pour une longue durée, et pourrait à terme être en capacité de filmer".

Il a également évoqué des craintes sur le développement de "drones suicidaires", qui pourraient transporter des explosifs et être envoyés s'écraser sur des cibles israéliennes.

jjm/hmw/cnp/sw