NOUVELLES
29/10/2012 02:43 EDT | Actualisé 29/12/2012 05:12 EST

Birmanie: la sécurité a été renforcée après des violences ethniques

SITTWE, Myanmar - La sécurité a été renforcée dans l'État de Rakhine (ouest de la Birmanie), ont déclaré les autorités, alors que le nombre de déplacés a atteint les 28 000 personnes, principalement des musulmans, selon les Nations unies.

Un calme relatif règne dans la région depuis samedi, a déclaré un porte-parole de l'État de Rakhine, Myo Thant. Il a précisé que des forces supplémentaires de police et de l'armée avaient été déployées, sans donner plus de détails. La priorité est désormais de fournir aux déplacés un abri et de la nourriture, a-t-il ajouté.

L'explosion de violences entre les bouddhistes de l'ethnie rakhine et les musulmans rohingya a débuté le 21 octobre et fait au moins 84 morts et 129 blessés, selon le gouvernement. Les défenseurs des droits de l'Homme pensent que le bilan réel pourrait être bien plus lourd.

Ashok Nigam, le délégué de l'ONU en Birmanie, a déclaré que le nombre actuel de 28 000 déplacés augmenterait probablement car certaines personnes ayant fui par bateau n'avaient pas encore été comptées. Il a précisé que les Nations unies estimaient que 27 300 déplacés étaient des musulmans. L'ONU se base sur des statistiques fournies par les autorités locales, a-t-il rapporté.

Ce conflit dans l'ancien royaume d'Arakan perdure depuis des décennies et trouve ses racines dans les origines présumées de l'ethnie rohingya.

Le gouvernement birman considère les membres de cette ethnie comme des immigrés clandestins venus du Bangladesh et leur refuse la nationalité birmane. Bien que certains soient arrivés récemment, la plupart vivent en Birmanie depuis des générations.

Selon les organisations de défense des droits de l'Homme, les Rohingyas subissent régulièrement de graves discriminations — travail forcé, violences contre les femmes, restrictions sur le déplacement, le mariage ou les naissances.