NOUVELLES
28/10/2012 05:56 EDT | Actualisé 28/12/2012 05:12 EST

Trestman préfère se souvenir des aspects positfs de cette victoire in extremis

MONTRÉAL - L'entraîneur-chef Marc Trestman préfère retenir les aspects positifs de cette victoire de 27-25 de ses protégés aux dépens des Eskimos d'Edmonton, qui ont dominé le pointage 24-8 en deuxième demie.

«C'est certain qu'il y aura des choses à corriger, on va visionner ce match au cours des prochains jours, a dit Trestman. Mais ce que j'ai dit à nos gars, c'est que nous nous sommes de nouveau retrouvés acculés au pied du mur, devant l'emporter sur le dernier jeu du match, comme ça nous est arrivé en quelques occasions cette saison.

«Je déteste utiliser cette expression, mais cette victoire se veut un signal d'alarme qui nous démontre qu'on peut toujours s'améliorer et qu'il y a encore des aspects de notre jeu sur lesquels nous devons travailler. Mais quand nous avons eu besoin d'un gros jeu de la part de notre unité défensive pour préserver notre avance et nous donner la victoire, elle a été en mesure de l'exécuter. Je préfère retenir les éléments positifs de ce match et aller corriger ceux qui le sont moins par la suite.»

Trestman aurait souhaité la même constance de son équipe en deuxième demie, mais il a plutôt donner crédit aux Eskimos pour leur remontée.

«Ils sont aussi payés pour gagner. Nous aurions souhaité afficher la même constance pendant 60 minutes, mais c'est très difficile dans la LCF. Les Eskimos avaient désespérement besoin de ce match», a-t-il noté au sujet des visiteurs, qui tentent de s'assurer une participation aux éliminatoires en délogeant l'équipe de troisième place dans l'Est, ce qu'une victoire leur aurait permis d'accomplir.

Des éloges

Décidémment d'un positivisme à toute épreuve, Trestman a louangé la profondeur des Alouettes, qui ont utilisé pas moins de huit receveurs de passes dans ce match, dont Bo Bowling (joueur du match), Noel Devine et Éric Deslauriers, qui ont mené les receveurs des Alouettes avec 62, 63 et 62 verges de gains respectivement.

«Nous avons trouvé une façon de faire les jeux. Anthony Calvillo a eu la chance de jouer avec une foule de nouveaux joueurs et de passer la ballon à tous ses receveurs. Chris Jennings (90 verges de gains en 16 courses, en plus de 34 verges de gains sur trois passes) a eu la chance de porter le ballon contre une défensive très efficace contre le jeu au sol. Je crois que ça nous aidera à devenir meilleurs pour ce qui s'en vient.»

«On a beaucoup de profondeur, a ajouté Calvillo. La semaine dernière, nous nous sommes tournés vers Jamel (Richardson) je ne sais pas combien de fois. Mais le but est de progresser, de trouver le plus de cibles possibles tout en gardant tout le monde heureux et en tentant de donner le ballon à Jamel plus souvent.»

Trestman a d'ailleurs tenu à préciser que le but n'est pas de se servir de Richardson, qui a capté trois passes pour 44 verges, moins souvent.

«On tente d'appeler des jeux pour impliquer les autres gars, pas pour mettre 'J-Rich' de côté. On a d'ailleurs appelé des jeux vers lui, mais les Eskimos ont été en mesure de l'empêcher de les compléter et Anthony a raté une passe en sa direction en au moins une occasion.

«C'est plutôt bon signe: si on est capable de saupoudrer nos passes vers d'autres receveurs, on ne sera pas obligés d'appeler 30 jeux par match vers Richardson. Ça ne fonctionnera pas dans cette ligue. Ça nous aidera à trouver un équilibre, et espérons que ça déstabilisera le plan de match défensif des clubs qui nous affronteront.»

Richardson, qui a dominé les receveurs du circuit Cohon avec 1777 verges de gains l'an dernier, connaît une saison plus difficile, mais il ne lui manque que sept verges de gains pour atteindre le plateau des 1000 pour une cinquième saison consécutive.

*****

Le retour au jeu de Mathieu Bertrand aura été de courte durée. Le centre-arrière des Eskimos a quitté le match au deuxième quart, à la suite d'un sévère contact casque contre casque avec Kyries Hebert.

La séquence a donné lieu à des moments inquiétants, le Québécois croulant comme un sac de sable immédiatement après le contact, avant de demeurer de longues minutes allongé sur le terrain.

Le natif de Chambly a déclaré après le match qu'il avait perdu conscience et qu'il n'a vraiment retrouvé ses esprits qu'une fois de retour au vestiaire. S'il semblait alerte, il a admis ne pas se souvenir de quelle façon il a regagné le vestiaire des Eskimos.

Bertrand souffre fort possiblement d'une commotion cérérale, bien que les Eskimos n'aient rien confirmé. C'est une blessure qui survient à un bien mauvais moment pour Bertrand, qui revenait tout juste d'une absence de 12 matchs en raison d'une sévère blessure à l'aine. Bref, une saison à oublier pour l'ex-joueur du Rouge et Or.

*****

En plus du receveur de passes S.J. Green, blessé, l'ailier défensif Ameet Pall, le demi défensif Ed Gainey, ainsi que le demi de coin Wopamo Osaisai ont été laissés de côté par Trestman pour cette rencontre.

Chez les Eskimos, le botteur Brody McKnight, le demi de sûreté Hugo Lopez et les joueurs de ligne défensive Kade Weston et Marcus Howard n'ont pas revêtu l'uniforme.