NOUVELLES
28/10/2012 06:53 EDT | Actualisé 28/12/2012 05:12 EST

NBA - Lakers, l'empire contre-attaque avec son "Big Four"

Les Los Angeles Lakers ont tout fait cet été pour retrouver leur lustre en NBA, où leur réputation a été mise à mal ces deux dernières saisons, mais leur nouveau "Big Four" doit désormais faire rimer sur le terrain prestige et efficacité.

Les Lakers entament la saison 2012-2013 mardi contre Dallas avec un effectif "galactique" qui s'est notamment enrichi du pivot Dwight Howard et du meneur de jeu Steve Nash, des stars toujours en quête de leur premier titre de champion mais qui font partie des meilleurs joueurs à leur poste en NBA.

Le Canadien Nash, vétéran de 38 ans, manieur de ballon qui maîtrise l'art de la passe comme personne (8,6 par match en moyenne en carrière), a un CV orné de deux trophées de meilleur joueur de la saison (MVP), huit invitations au All Star Game et cinq récompenses de meilleur passeur de la saison.

Avec Dwight "Superman" Howard, 26 ans, c'est tout simplement le meilleur pivot de la Ligue qui débarque dans l'univers strass et paillettes des Lakers, où ce personnage jovial et bien-aimé du public sera dans son élément. Triple meilleur défenseur de la saison, quadruple meilleur rebondeur et double meilleur contreur de NBA, six fois invité au All Star Game, Howard est une assurance tous risques sous les panneaux (13 rebonds et 2 contres par match en carrière).

Ces deux vedettes rejoignent Kobe Bryant et l'intérieur espagnol Pau Gasol pour former le quatuor le plus impressionnant de NBA, un vrai "Big Four".

Une équipe potentiellement létale avec un passeur qui sait shooter (Nash), un scoreur qui sait défendre (Bryant) et deux tours jumelles de plus de 2,10 m: un féroce défenseur qui marque dans la raquette (Howard) et un joueur offensif altruiste qui sait s'éloigner du cercle (Gasol).

"Le plus important est que chacun comprenne comment rendre les autres meilleurs au lieu de se marcher sur les pieds, et quoi faire pour que le total soit plus grand que la somme des parties. C'est notre grand défi", résume Nash.

Quarante ans après les tubes de Crosby, Still, Nash and Young, le quatuor Kobe, Gasol, Nash and Dwight connaît la musique: les supporteurs des Lakers n'attendent rien d'autre que le titre pour oublier deux saisons médiocres.

Depuis son 16e titre de champion en 2010, la prestigieuse franchise jaune et pourpre n'a en effet plus dépassé le 2e tour des play-offs, balayée 4-0 en 2011 par Dallas et expédiée 4-1 par Oklahoma City la saison passée.

Pire, les Lakers ont perdu un peu de leur aura au profit leur voisin de Los Angeles, les Clippers, qui ont recruté Chris Paul il y a un an, après que la NBA se fut opposée au transfert du meneur All Star aux Lakers. Avec Blake Griffin et "CP3" pour assurer le show, "Lob City" a gagné presque autant de matches que les Lakers la saison dernière et a beaucoup plus fait parler.

Mais les arrivées d'Howard et Nash, qui coïncident avec le début d'un contrat de droits TV assurant 3 milliards de dollars pour les 20 prochaines années aux Lakers, ont redoré le blason de la franchise la plus glamour de la Ligue.

L'optismisme est tel que le cinquième titulaire, l'ineffable Metta World Peace, a pronostiqué que les Lakers gagneront 73 matches de saison régulière et battront le record des Chicago Bulls de Michael Jordan en 1995-1996 (72v-10d).

L'automne est néanmoins venu refroidir ces ardeurs estivales, car les Lakers ont perdu leurs huit matches de préparation et tentent de mettre en place une nouvelle philosophie offensive (la "Princeton offense"). Mais à Los Angeles, ce n'est qu'en avril, au moment des play-offs, que la saison commence.

bpe/pga/gv