Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Syrie : près de 175 morts malgré la trêve

Les bombardements et les combats ont repris en Syrie, samedi, tandis que chaque camp fait porter à l'autre la responsabilité de la rupture de la trêve.

Depuis le début de cette « pause », vendredi, les violences ont fait au moins 175 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les rebelles et l'armée fidèle au président Bachar Al-Assad avaient accepté de poser les armes pendant les célébrations de l'Aïd el-Adha, la plus importante fête de la religion musulmane, à la demande de l'émissaire spécial des Nations Unies en Syrie, Lakhdar Brahimi. Les deux camps avaient toutefois prévenu qu'ils répliqueraient à toute agression.

Samedi, « l'armée a commencé à tirer des obus de mortier à sept heures du matin », a raconté Mohammed Doumany, un opposant de Douma, dans la banlieue de Damas.

Des tirs de mortiers ont également été signalés à Daïr az Zour et à Alep, où les rebelles tiennent environ la moitié des quartiers.

Des témoins ont également entendu pour une deuxième journée consécutive des tirs de mortier et des tirs à l'arme lourde près de la frontière turque, dans la ville syrienne de Haram.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.