NOUVELLES
27/10/2012 04:11 EDT | Actualisé 27/12/2012 05:12 EST

L'ouragan Sandy oblige les candidats à la présidence à changer leurs plans

PENSACOLA, États-Unis - Alors qu'une énorme tempête menace la côte est des États-Unis, le président Barack Obama et le républicain Mitt Romney ont entamé samedi le dernier segment de la campagne présidentielle, à dix jours du scrutin. L'issue du duel dépendra d'une poignée d'États-pivots.

L'ouragan Sandy, qui s'approche de la côte, a contraint les équipes des deux candidats à la Maison-Blanche à ajuster leur horaire de campagne et à annuler certains événements. Même à cette date tardive dans la campagne, aucun des deux camps ne veut donner l'impression qu'il priorise la politique aux dépens de la sécurité publique.

Le président Obama faisait campagne au New Hampshire samedi, mais a tout de même tenu une conférence téléphonique avec les responsables de son administration concernant les préparatifs d'urgence. La porte-parole de campagne du président, Jennifer Psaki, a déclaré que l'équipe de M. Obama continuait de promouvoir le vote par anticipation comme une option qui offre de la flexibilité aux familles actives, mais a ajouté que «la sécurité était primordiale et c'est également le cas en ce qui a trait au vote par anticipation».

La venue du vice-président Joe Biden dans la région côtière de Virginia Beach, en Virginie, a été annulée. Un courriel informant de l'annulation des activités du vice-président affirme que le changement d'itinéraire a été fait «par excès de prudence afin de s'assurer que tous les autorités policières locales et les services d'urgence puissent s'occuper de la sécurité des personnes qui pourraient être touchées par la tempête».

Mitt Romney a officiellement annulé les trois événements en Virginie qui étaient à son agenda dimanche, en raison des prévisions météorologiques. Son porte-parole de campagne, Rick Gorka, a indiqué que c'était là «une mesure de précaution afin de s'assurer que toutes les ressources d'urgence ne seraient pas distraites par la visite du candidat républicain».

Au lieu de faire campagne en Virginie, M. Romney retournera en Ohio, où son colistier, Paul Ryan, effectue une tournée en autobus. M. Romney a prévu rejoindre M. Ryan ce dimanche, pour participer à trois événements.

Aucun des arrêts de campagne de M. Obama n'a été annulé, mais ses déplacements ont été quelque peu modifiés. Son départ pour la Floride, initialement prévu lundi, a été devancé à dimanche soir, afin d'échapper à la tempête.

Le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, un important partisan de M. Romney, a annoncé qu'il ne voyagerait pas aux côtés du candidat républicain mardi, parce qu'il veut garder un oeil sur la tempête.

Avec le scrutin du 6 novembre qui approche à grands pas, MM. Obama et Romney sont toujours au coude à coude dans les intentions de vote à l'échelle nationale. Le président sortant semble toutefois mieux placé pour obtenir les 270 grands électeurs nécessaires pour remporter l'élection.

Aux États-Unis, les présidents ne sont pas élus par le vote populaire à l'échelle nationale, mais plutôt par un concours dans chaque État avec un système de vote collégial. Chaque État a droit à un grand électeur pour chacun de ses représentants et sénateurs au Congrès. La capitale, Washington D.C., obtient trois voix. Le gagnant sera celui qui aura obtenu la majorité des voix des 538 grands électeurs.

L'équipe de M. Obama a diffusé samedi une nouvelle publicité télévisée, invitant les Américains à reconsidérer, une fois dans l'isoloir, les intentions de M. Romney de laisser tomber les réformes prévues à Wall Street, de transformer le programme d'assurance-maladie pour les personnes âgées en un système de bons d'échange, de réduire les dépenses en éducation et de baisser les impôts pour les riches. Le message publicitaire sera diffusé en Floride, en Iowa, en Ohio et en Virginie, quatre États-pivots.

De son côté, le candidat républicain essaie de transformer une vague d'enthousiasme pour le Parti républicain en une victoire électorale.

«Gagnons cette élection», a écrit M. Romney dans un courriel adressé à ses partisans samedi, alors qu'il effectuait un déplacement entre deux États importants, l'Ohio et la Floride.

«Nous défions les sondages et nous tenons bon», a-t-il dit à ses partisans. M. Romney a aussi exhorté ses partisans à donner généreusement au camp républicain afin qu'il puisse poursuivre la lutte.