NOUVELLES
26/10/2012 03:25 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

Syrie : un attentat à la voiture piégée fait voler en éclats la trêve

À Damas, l'explosion d'une voiture piégée rend de plus en plus fragile la trêve qui avait été conclue pour les fêtes musulmanes de l'Aïd el-Adha.

La télévision d'État syrienne rapporte que cet attentat a fait cinq morts et plus d'une trentaine de blessés. Des enfants sont au nombre des victimes. L'explosion est survenue près d'une aire de jeux, dans un quartier résidentiel du sud de la capitale.

Plus tôt dans la journée, l'Observatoire syrien des droits de l'homme avait rapporté des affrontements à Harasta et à Erbine (en banlieue de Damas), de même que dans un quartier rebelle de Homs, dans le centre du pays. Cinq personnes ont perdu la vie dans ces affrontements.

Ces nouvelles violences se produisent même si les belligérants avaient accepté de poser brièvement les armes, le temps des célébrations de l'Aïd el-Adha, fête musulmane d'importance.

La télévision officielle syrienne a montré des images du président en train de prier. Il a ensuite rencontré quelques fidèles.

Le président Al-Assad n'avait pas été vu depuis le 21 octobre, à la suite d'une rencontre avec Lakhdar Brahimi, le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe.

De son côté, le cheikh Walid Abdel Hag a appelé les Syriens à cesser de se battre. Il a estimé que la religion pouvait venir à bout des « discordes confessionnelles » que le conflit syrien, qui dure depuis un an et demi, menace de déclencher.

Manifestations des opposants au régime

Des organismes et des militants ont rapporté que des opposants au régime du président Bachar Al-Assad sont sortis dans les rues afin de manifester dans plusieurs villes du pays. À Raqa, dans le nord-est du pays, les forces de sécurité auraient tiré des grenades lacrymogènes sur les manifestants.

Un porte-parole de l'Armée syrienne libre a indiqué à l'AFP que la trêve pourrait être une occasion de manifester massivement. Toutefois, le fait d'ouvrir le feu sur les manifestants est une violation du cessez-le-feu, selon lui.

Les deux camps, celui fidèle au président et celui qui s'y oppose, ont accepté une proposition de l'émissaire de l'ONU en Syrie, Lakhdar Brahimi, de maintenir un cessez-le-feu pendant les célébrations, qui se poursuivront jusqu'à dimanche. Toutefois, les rebelles et l'armée ont déclaré qu'une agression de leur adversaire déclencherait une riposte immédiate.