NOUVELLES
26/10/2012 09:38 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST

La chambre basse de France vote en faveur du remboursement des avortements

PARIS - L'Assemblée nationale française a voté vendredi en faveur d'un remboursement de toutes les procédures d'avortement et de la gratuité des moyens de contraception pour les mineures.

L'assurance médicale nationale rembourse actuellement les frais d'avortement pour les mineures et les femmes démunies, tandis que les autres femmes sont éligibles à des remboursements pouvant atteindre 80 pour cent des frais de la procédure médicale. Cette dernière peut coûter jusqu'à 580 $. Les moyens de contraception sont également remboursés en partie.

Le projet de loi adopté par l'Assemblée nationale rendrait tous les avortements gratuits, en plus d'offrir les moyens de contraception aux femmes de 15 à 18 ans. Il prend maintenant le chemin du Sénat, où il devrait être accepté.

Dans le projet de loi, il est indiqué que «les femmes qui souhaitent mettre fin à une grossesse non désirée ont droit à une couverture» et que «la promulgation du droit de choisir de mettre fin à une grossesse est un service obligatoire de l'État».

Certains groupes estiment cependant que le coût n'est qu'un obstacle à l'accès à l'avortement. Ils soutiennent qu'il n'y a pas assez de médecins qui offrent la procédure et que davantage d'information à propos de ceux qui le font devrait être accessible.

En vertu de la loi proposée, les remboursements atteindront un maximum de 450 euros (580 $ CAN). Or, certaines cliniques demandent des montants plus élevés pour la procédure.

Tandis qu'en France certains groupes s'opposent à l'avortement, la question fait rarement l'objet de débats publics. La France fait partie des pays européens qui permettent aux mineures de subir un avortement sans avoir obtenu le consentement de leurs parents au préalable. Elle est également le premier pays à avoir introduit le médicament RU-486, connu sous le nom de «la pilule du lendemain», qui permet d'interrompre une grossesse en provoquant le détachement de l'embryon de la paroi utérine.