NOUVELLES
26/10/2012 04:36 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST

Comment Jimmy Savile a-t-il pu sévir aussi longtemps sans se faire prendre?

LONDRES - Le présentateur vedette de la BBC Jimmy Savile figurait parmi les personnalités les plus connues de la télévision britannique. Comment a-t-il pu devenir l'un des pires prédateurs sexuels du pays sans jamais se faire prendre?

Depuis que cette sombre histoire a commencé à émerger au grand jour plus tôt en octobre, il est maintenant clair que certaines des victimes avaient sonné l'alarme, que la police était au courant des allégations d'agressions sexuelles sur des mineures qui circulaient sur l'animateur et que les journalistes se doutaient de quelque chose.

Au cours des années, certains incidents auraient même pu mener les autorités à mettre un terme aux agissements de Jimmy Savile.

Le comportement prédateur de Savile était déjà connu dans les années 1960, alors qu'il dirigeait une salle de danse à Leeds, dans le nord de l'Angleterre.

Dans un article récemment publié par Mail Online, le biographe Dan Davies a affirmé que l'un des anciens collègues du présentateur avait déjà lancé à la blague que Savile finirait soit au sommet, soit en prison pour avoir couché avec des filles de 14 ans.

Lorsque Jimmy Savile a été embauché par la BBC en 1973, la haute direction a fini par avoir des doutes à son sujet. Le responsable des relations de presse du diffuseur publique britannique, Rodney Collins, a raconté dans une entrevue accordée dernièrement à la BBC avoir dit à son patron de l'époque qu'il avait entendu des choses concernant Savile et de son goût présumé pour les mineures.

Son supérieur lui a demandé de vérifier auprès de ses contacts dans le milieu journalistique. M. Collins a trouvé des rumeurs, mais aucune preuve. Ses amis reporters lui ont dit que ces allégations n'arriveraient jamais aux oreilles du grand public, qu'elles soient vraies ou fausses.

En 1975, la petite-nièce de Jimmy Savile, Caroline Robinson, a confié à sa grand-mère qu'elle avait été agressée sexuellement par son grand-oncle durant une réunion de famille.

Mme Robinson, qui était âgée de 12 ans au moment des faits, a été interviewée par la chaîne télévisée ITV plus tôt cette semaine. Elle a déclaré que son aïeule, maintenant décédée, avait haussé les épaules en disant simplement: «C'est seulement Jimmy, ne t'inquiète pas.»

Dans les années 1980, une femme a révélé à la police de Londres que Jimmy Savile l'avait agressée dans sa roulotte alors qu'elle était stationnée près des quartiers généraux de la BBC. L'affaire a toutefois été abandonnée par manque de preuves.

En 1994, le rédacteur en chef du Sunday Mirror, Paul Connew, a rencontré deux femmes qui affirmaient avoir été agressée par Jimmy Savile. M. Connew a dit avoir trouvé leur témoignage convaincant, mais précisé que les victimes présumées avaient peur d'affronter une vedette qui était ami avec des membres de la famille royale et qui avait été honorée par le Vatican.

Près de 10 ans plus tard, une autre femme a contacté la police de Londres pour leur dire que Savile lui avait fait des attouchements inappropriés dans les années 1970, mais a refusé de porter plainte.

En 2007, un témoin a rapporté aux autorités du Surrey, dans le sud de l'Angleterre, avoir vu une jeune fille se faire agresser par Jimmy Savile dans un établissement pour enfant dans les années 1970. L'enquête a découvert trois victimes présumées de l'animateur.

La première était une autre résidante de l'établissement, la seconde était une fille qui aurait été agressée dans un hôpital spécialisé aux alentours de 1973 et la troisième en 1970 dans le sud de l'Angleterre.

Même si la police a questionné Savile, les trois présumées victimes ont refusé de porter plainte et la police a laissé tomber l'investigation en 2009. Dans un communiqué publié jeudi, le procureur en chef britannique, Keir Starmer, a fait savoir qu'il était évidemment difficile de continuer une enquête lorsque les victimes hésitaient à se manifester, qu'il n'y avait pas de preuve et peu de témoins, et que les faits s'étaient produits plusieurs années auparavant.

En 2008, le nom de Jimmy Savile a fait surface dans le cadre d'une investigation concernant des cas d'agressions sexuelles sur des enfants dans un établissement situé sur l'île de Jersey. Le responsable de l'enquête a récemment déclaré au journal The Guardian qu'il n'y avait pas assez de preuves pour questionner le présentateur à ce moment-là.

Quatre ans plus tard et près d'un an après le décès de Jimmy Savile survenu le 29 octobre 2011 à l'âge de 84 ans, quelque 300 victimes potentielles ont communiqué avec la police. La plupart d'entre elles soutiennent avoir été agressées par l'ancien animateur de la BBC, mais certaines affirment qu'elles ont été maltraitées par d'autres personnes. Les autorités refusent de donner des détails sur l'affaire.