NOUVELLES
25/10/2012 12:33 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

Un policier new-yorkais accusé d'avoir voulu enlever et manger des femmes

"Je veux la faire cuire à feu doux, la garder vivante le plus longtemps possible": un policier new-yorkais est accusé d'avoir voulu enlever des femmes pour les manger, comme le revèlent des messages sinistres échangés avec un complice et révélés jeudi par les autorités.

Selon les documents diffusés par les autorités, Gilberto Valle, 28 ans, un policier new-yorkais arrêté mercredi à son domicile, dans le Queens, a évoqué avec un complice "l'enlèvement de femmes, pour cuisiner et manger des parties de leur corps".

Le duo a notamment envisagé l'utilisation de chloroforme pour faire perdre connaissance à leurs victimes et les emmener ensuite jusqu'à la cuisine de Gilberto Valle.

Au cours d'une conversation en ligne en juillet, selon le texte de la plainte, le complice de Valle --qui n'est pas identifié-- lui demande: "Quelle taille fait ton four?". "Il est assez grand pour contenir une de ces filles si je lui plie les jambres", répond le policier, toujours selon l'accusation.

Au cours de leur conversation, le complice du policier lui suggère également de ne pas utiliser de "tournebroche". "Je pensais attacher son corps (...) et la faire cuire à feu doux, la garder vivante le plus longtemps possible", répond Gilberto Valle.

Les deux hommes ne sont jamais passés à l'acte et les autorités ont découvert leurs intentions en septembre, après que le policier a justement utilisé son ordinateur personnel pour échanger des messages avec son complice. Ce dernier n'est à ce stade pas poursuivi, pour une raison qui n'a pas été précisée par les autorités.

Sur son ordinateur, les enquêteurs ont retrouvé des dossiers sur une centaine de femmes, comportant à chaque fois leur nom et une photographie, et parfois d'autres détails personnels, comme leur adresse ou des descriptions.

Gilberto Valle aurait utilisé des fichiers officiels pour établir cette liste. Il est également accusé d'avoir recherché des méthodes pour "immobiliser et droguer des femmes" et s'être "mis d'accord avec au moins une autre personne pour enlever une femme en échange d'une somme d'argent".

Selon le FBI le policier est allé jusqu'à rencontrer dans un restaurant une des femmes qu'il pensait enlever. "Comment s'est passé ton repas?", lui demande son complice. "Je vais le rencontrer", répond Valle.

Selon l'accusation, le policier devait être celui qui serait chargé d'enlever une victime --ce pour quoi son complice était prêt à le payer 5.000 dollars.

"C'est très risqué et cela ruinera ma vie si je suis pris", écrit-il, selon le texte de la plainte: "J'ai vraiment besoin de cet argent et je ne peux pas le faire pour moins de 5.000 dollars".

"Le plan présumé de Gilberto Valle consistant à enlever des femmes pour qu'elles soient violées, torturées, tuées, cuisinées et mangées est un choc pour nos consciences. Cette affaire est d'autant plus choquante quand on considère le fait que Valle était un officier de police de New York, qui a juré de protéger et servir", a commenté le procureur fédéral de Manhattan, Preet Bharara.

"Les accusations contenues dans cette plainte n'ont pas besoin d'être décrites plus précisément. Elles parlent d'elles-mêmes", a commenté Mary Galligan, du FBI, dans un communiqué: "Ce serait un euphémisme de dire que les paroles et les actes de Valle sont choquants".

sms/mdm/rap