NOUVELLES
25/10/2012 07:27 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

Tunisie: un chef salafiste condamné à un an de prison (avocat)

Le numéro deux présumé du groupe salafiste jihadiste Ansar al-Charia (Partisans de la loi islamique) en Tunisie, Abou Ayoub, a été condamné à un an de prison pour incitation à la violence, a annoncé jeudi à l'AFP son avocat, Rafik El-Ghak.

Le ministère de la Justice, contacté par l'AFP, a refusé de se prononcer sur cette affaire, alors qu'Abou Ayoub, de son vrai nom Slim Guantri, a été arrêté fin septembre, une dizaine de jours après l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis, imputée par les autorités tunisiennes à Ansar al-Charia.

Selon Me El-Ghak, son client a été condamné pour incitation à la violence dans le cadre de cette attaque alors que lors de l'arrestation, la justice avait évoqué des faits datant de mai et juin en lien avec des attaques de commissariats à Jendouba (nord-ouest).

Le dossier d'Abou Ayoub n'a en outre pas été confondu avec ceux des 87 personnes poursuivies et placées en détention dans le cadre de l'enquête sur l'attaque de l'ambassade américaine, a précisé l'avocat.

Abou Ayoub est considéré comme le numéro deux d'Ansar al-Charia, dont le chef, Abou Iyadh, est en fuite depuis l'attaque contre l'ambassade le 14 septembre, qui a fait quatre morts parmi les assaillants et des dizaines de blessés.

Emprisonné sous le régime de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali puis été libéré à la faveur de l'amnistie décrétée après la révolution de 2011, Abou Iyadh -- de son vrai nom Seif Allah Ibn Hussein -- est devenu la figure de proue de la mouvance jihadiste tunisienne.

Au début des années 2000, il avait rejoint les talibans en Afghanistan, où il aurait participé à l'organisation de l'attentat qui a tué le 9 septembre 2001 le chef de la résistance afghane, le commandant Massoud.

ms-alf/fc