NOUVELLES
25/10/2012 02:53 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Gaza: la trêve respectée par Israël et les Palestiniens

Une trêve intervenue mercredi soir entre Israël et le Hamas par l'intermédiaire de l'Egypte après des violences qui ont fait quatre morts palestiniens et deux blessés graves en Israël, était respectée jeudi par les deux côtés, a indiqué l'armée israélienne.

"Il n'y a pas eu de tirs de roquette vers Israël ni d'attaques israéliennes dans la bande de Gaza depuis mercredi soir", a affirmé une porte-parole de l'armée. Les cours dans les écoles des localités israéliennes proches de la bande de Gaza ont repris normalement jeudi après avoir été suspendus mercredi, a précisé la radio publique.

Selon des sources concordantes palestiniennes et israéliennes, un cessez-le feu, négociée par l'intermédiaire de l'Egypte, est entré en vigueur mercredi à partir de minuit (22h00 GMT).

Tirs de projectiles contre Israël --80 au cours des dernières 24 heures, selon l'armée-- et au moins cinq raids aériens israéliens sur la bande de Gaza s'étaient succédés depuis mardi soir.

Ces violences se sont soldées par la mort de quatre combattants palestiniens mardi et mercredi à Gaza.

Deux travailleurs thaïlandais en Israël ont été grièvement blessés mercredi par des éclats de roquettes.

L'épreuve de force, qui avait commencé lundi matin, s'est intensifiée mardi soir, peu après la fin de la visite dans la bande de Gaza de l'émir du Qatar cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, la première d'un chef d'Etat dans le territoire palestinien depuis que le Hamas en a pris le contrôle en 2007.

Un haut responsable du ministère israélien de la Défense Amos Gilad, a pour sa part affirmé à la radio militaire qu'une "accalmie est intervenue" tout en démentant qu'un accord direct avec le Hamas soit intervenu.

"Les Egyptiens ont joué un rôle important par l'intermédiaire de leurs services de sécurité qui ont une grande influence sur le Hamas", a ajouté ce responsable.

Le vice Premier ministre israélien Sylvan Shalom a pour sa part estimé que le nouveau pouvoir en Egypte "agit de façon plus dure contre le Hamas que le régime précédent" d'Hosni Moubarak.

"Le Hamas pensait que l'arrivée au pouvoir (du président) Mohamed Morsi (issu des Frères musulmans) allait lui permettre de disposer d'une plus grande liberté de manoeuvre, mais c'est le contraire qui s'est produit", a souligné M. Shalom.

jlr/feb