NOUVELLES
25/10/2012 02:55 EDT | Actualisé 25/12/2012 05:12 EST

Birmanie: Washington réclame l'arrêt immédiat des violences dans l'ouest

La diplomatie américaine a réclamé jeudi "l'arrêt immédiat" des violences entre bouddhistes et musulmans dans l'ouest de la Birmanie, plaidant pour la poursuite du processus de "réconciliation nationale" dans ce pays en pleine démocratisation.

"Les Etats-Unis sont profondément préoccupés par les informations faisant état cette semaine d'une poussée de violences ethniques et communautaires dans l'Etat Rakhine en Birmanie et exhortent toutes les parties à faire preuve de retenue et à stopper immédiatement toutes les attaques", a déclaré la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

Après quelques semaines d'accalmie, les affrontements ont repris entre bouddhistes et musulmans dans plusieurs zones de l'Etat Rakhine. Ces violences entre bouddhistes de l'ethnie rakhine et Rohingyas, une minorité musulmane apatride considérée par l'ONU comme l'une des plus persécutées au monde, ont fait au moins 110 morts depuis juin, selon des chiffres officiels que beaucoup d'organisations jugent très en deçà de la réalité.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton s'était entretenue fin septembre à l'ONU à New York avec le président birman Thein Sein et avait reçu à Washington l'opposante Aung San Suu Kyi, dans le cadre du rapprochement historique entre les deux pays depuis les réformes démocratiques birmanes engagées au printemps 2011.

Elle leur avait exprimé l'inquiétude des Etats-Unis sur ce dossier de l'ouest birman.

"La situation dans l'Etat Rakhine met en exergue le besoin impérieux que tous les groupes ethniques et religieux se respectent et le besoin de faire de sérieux efforts pour aboutir à une réconciliation nationale en Birmanie. Nous exhortons les Birmans à coopérer pour un pays en paix, prospère et démocratique, qui respecte les droits de tout son peuple, dans sa diversité", a plaidé Mme Nuland.

nr/rap