NOUVELLES
24/10/2012 12:32 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

USA: hygiène défaillante dans la pharmacie liée à une épidémie de méningite

La société de préparation en pharmacie du Massachusetts (nord-est) qui a produit des injections de stéroïdes contaminées liées à une épidémie de méningite mortelle aux Etats-Unis avait d'importantes lacunes en matière d'hygiène, ont indiqué les autorités sanitaires de cet Etat.

"Les enquêteurs ont découvert que les procédés de stérilisation des médicaments au sein de la société de préparation pharmaceutique New England Compounding Center (NECC) n'étaient pas conformes aux normes", a expliqué mardi soir le Dr Madeleine Biondolillo, à la tête du ministère de la Santé du Massachusetts.

Les registres révèlent que NECC ne stérilisait pas systématiquement les produits durant le temps minimum nécessaire et ne vérifiait pas régulièrement le bon fonctionnement des équipements, en particulier les stérilisateurs, a-t-elle précisé selon le texte de ses déclarations faites lors d'une conférence de presse.

De plus, a souligné le Dr Biondolillo, NECC a expédié des lots suspects de stéroïdes avant même d'avoir eu les résultats de ses propres tests confirmant que ces injections étaient bien stérilisées.

Elle a aussi affirmé que, début octobre, les enquêteurs ont constaté la présence de particules noires dans plusieurs des ampoules contenant des stéroïdes qui avaient été renvoyées à NECC après le rappel de tous les lots, soit quelque 17.000 doses expédiées dans 23 Etats.

Mais "les résultats de cette enquête sont encore préliminaires et ne visent pas à ce stade à identifier de façon définitive la cause de cette épidémie", a précisé le Dr Biondolillo.

Par ailleurs, le ministère américain de la Justice a confirmé le 16 octobre avoir ouvert une enquête criminelle, tandis que le conseil de l'ordre des pharmaciens du Massachusetts a révoqué la licence professionnelle de NECC.

NECC a cessé ses activités et licencié la plupart de ses employés.

Selon le dernier bilan des Centres fédéraux de contrôle et de préventions des maladies (DCD) publié mercredi, on compte 313 cas de méningite fongique dont 24 décès dus apparemment à ces injections contaminées ainsi que quatre cas d'infections articulaires dont aucun n'a été fatal.

Une semaine auparavant, les CDC faisaient part de 245 cas de méningite dont 19 décès ainsi que deux cas d'infection articulaires.

Plus de 14.000 personnes dans 23 Etats pourraient potentiellement avoir reçu une de ces injections épidurales contaminées destinées à traiter le mal de dos, selon l'Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA).

js/mdm