NOUVELLES
24/10/2012 04:53 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Un parlementaire iranien accuse un ministre canadien d'"insulter" l'islam

Le chef de la délégation iranienne à la 127e assemblée générale de l'Union interparlementaire (UIP) a accusé mercredi le ministre canadien des Affaires étrangères d'avoir "insulté" l'islam et "plus d'un milliard" de musulmans, dans un discours prononcé lundi.

"Le ministre canadien s'est permis de juger notre religion à laquelle appartiennent plus d'un milliard de personnes dans le monde. Existe-t-il des droits permettant à quiconque d'insulter telle ou telle religion ?", a demandé Iraj Nadimi dans une déclaration à l'AFP.

Ses propos en farsi étaient traduits en anglais par un interprète, membre de la délégation iranienne.

En fait, le chef de la diplomatie canadienne John Baird n'avait pas mentionné directement l'islam ou les musulmans dans son discours, mais il avait accusé l'Iran d'"intolérance religieuse" et de persécution des chrétiens et des bahaïs.

M. Nadimi a reproché au ministre canadien d'avoir utilisé l'assemblée de l'UIP comme une tribune politique, alors qu'il "n'avait pas le droit d'évoquer de tels sujets".

Selon lui, l'Iran "respecte les personnes adeptes des autres religions : ils ont même des représentants au parlement. C'est le cas des chrétiens, des juifs, des zoroastriens".

Le parlementaire a conclu en déclarant que lui et ses sept collègues s'étaient sentis "blessés".

"Les règles d'un pays n'ont pas à être imposées à un autre, c'est une ingérence qui n'est pas tolérable. Comment réagirait le Canada si l'Iran évoquait l'indépendance du Québec ?", a-t-il répété.

Le secrétaire général de l'UIP Anders Johnsson a exprimé ses "regrets" mercredi auprès de la délégation iranienne à propos de la forme --et non du contenu-- du discours de M. Baird, a indiqué une porte-parole de l'organisation parlementaire.

L'assemblée de l'UIP réunit à Québec jusqu'à vendredi quelque 1.400 parlementaires du monde entier.

Basée à Genève (Suisse), l'UIP est l'organisation des Parlements de toute la planète, destinée à promouvoir la concertation interparlementaire à l'échelle mondiale afin de favoriser la paix et la coopération entre les peuples, indique son site internet.

fb/via/sab/mdm